Société

Trégunc : face-à-face très tendu entre le FN et les pro-migrants

Par Aurore Jarnoux, France Bleu Breizh Izel et France Bleu jeudi 6 octobre 2016 à 22:41

Près de 700 manifestants ont envahi la place de la mairie de Trégunc.
Près de 700 manifestants ont envahi la place de la mairie de Trégunc. © Radio France - Tara Lagoutte

L'ambiance était électrique ce jeudi soir à Trégunc, près de Concarneau. 150 militants du Front National ont manifesté contre la possible arrivée dans la commune de réfugiés venus de Calais. Face à eux, 500 personnes se sont rassemblées pour crier leur solidarité aux migrants.

Cinq mètres et des dizaines de gendarmes séparaient les deux camps. D'un côté, 150 militants du Front National se sont réunis juste devant la mairie pour montrer leur opposition à la possible venue de migrants dans la commune. Trégunc a en effet été sélectionnée pour accueillir, peut-être, des réfugiés en provenance de Calais.

De l'autre côté, 500 personnes se sont rassemblées, à l'appel notamment de la Ligue des droits de l'Homme, pour soutenir le maire de la commune, Olivier Bellec.

Ambiance très tendue

De nombreuses insultes et slogans ont fusé. On pouvait entendre : "on est tous des migrants", "le FN dehors" ou encore "prenez-les chez vous".

Face à ce déferlement de mots doux, Charline, sa pancarte "Aimons-nous" dans les mains, n'a pas pu retenir ses larmes.

C'est tellement triste de voir autant de haine et autant d'ignorance" - Charline

500 personnes, de tout âge, sont venues manifester leur soutien au maire de Trégunc. - Radio France
500 personnes, de tout âge, sont venues manifester leur soutien au maire de Trégunc. © Radio France - Aurore Jarnoux

En face, Corinne, militante frontiste, cachée derrière son drapeau breton, a trouvé bien trop facile de la traiter de fasciste. "On n'est pas racistes mais on craint que ces gens-là fassent comme à Calais, beaucoup trop de dégâts", explique Corinne.

Tout ça, ça va être un mélange de culture et ça va faire un choc" - Corinne, militante frontiste

150 adhérents et sympathisants du FN étaient réunis contre l'arrivée possible de migrants à Trégunc. - Radio France
150 adhérents et sympathisants du FN étaient réunis contre l'arrivée possible de migrants à Trégunc. © Radio France - Aurore Jarnoux

Selon Bertrand Iragne, secrétaire départemental du FN dans le Morbihan, les habitants de Trégunc sont d'accord avec les idées frontistes : "ils refusent d'avoir des migrants et ils ont totalement raison. La France ne peut plus les accueillir."

On a déjà des gens dans la misère en France. D'abord les nôtres avant les autres" - Bertrand Ignare, élu frontiste

Pour Claire, habitante de la commune, ces propos sont complètement faux. "Trégunc est une ville d'accueil, en face il n'y a quasiment personne d'ici, souligne la jeune femme.

Moi, ça me révolte qu'on soit pas dans l'accueil des ces personnes qui préféreraient sûrement rester chez elles si les conditions le permettaient" - Claire, habitante de Trégunc

Le Front National persiste et demande désormais un référendum, pour ou contre la venue de migrants à Trégunc.

Partager sur :