Société

Trente-cinq migrants arrivent à Valfleury cette semaine, les habitants sont partagés

Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 23 octobre 2016 à 18:48

C'est dans ce centre d'accueil que les trente-cinq personnes seront hébergées.
C'est dans ce centre d'accueil que les trente-cinq personnes seront hébergées. © Radio France - Angy Louatah

Parmi les 65 migrants de Calais qui vont être hébergés dans la Loire à partir de cette semaine, 35 seront accueillis à Valfleury. Un village d'un peu plus de 700 âmes qui ne savent pas trop comment appréhender les nouveaux venus.

Le département de la Loire va accueillir 65 migrants qui vivaient jusqu'ici à Calais. Le démantèlement de ce que l'on appelait la "jungle" devrait être total ce lundi. À Valfleury, 20 kilomètres au nord-est de Saint-Étienne, personne ne sait exactement quand arriveront les 35 personnes hébergées dans l'ancien foyer de l'Adapei Loire, situé juste derrière l'église du village.

Dans ces petites rues piétonnes et ces montées d'escaliers, les habitants n'ont pas tous le même avis. La caricature est facile : un très joli village à flanc de colline, dominé par une Madone, respirant le calme et la sérénité, qui verrait forcément d'un mauvais oeil l'arrivée de trente-cinq personnes qui leurs sont totalement étrangères. Anne et Philippe, de passage dans le village, l'imaginent immédiatement :

- Ouh la ! mais ici les gens sont remontés... - Dans les petits villages, les gens sont très personnels. Ils n'aiment pas l'accueil. - Ils sont égoïstes ! (Anne et Philippe)

Mais pour Sylvain, un Stéphanois qui travaille dans un restaurant de Valfleury, la réalité est plus mitigée que cela.

Il y a de tout. Il y en a qui sont bien disposés à les accueillir et d'autres qui sont réticents. Je ne veux surtout pas avoir de préjugé. Qu'ils viennent, que tout se passe bien et ce sera parfait.

Michèle habite à une trentaine de mètres du centre d'accueil. Elle n'est pas réticente à l'arrivée des migrants.

On les attend en fait, il y a un local, autant qu'il serve à quelque chose. (Michèle)

REPORTAGE. Il ne faut pas stigmatiser Valfleury !

Ce Valfleury qui préfère se taire

La méfiance s'est emparée d'une partie des habitants de Valfleury. Le maire, Michel Maisonette, a par exemple décidé de garder le silence avant l'arrivée des migrants. Dans les rues du village, les micros ne sont pas appréciés de tous. En fait, une femme explique que le traitement médiatique de ce sujet ne les encourage pas à parler. "On a été maltraité par les médias, cela nous fait passer pour des fachos", expliquent plusieurs habitantes. À Valfleury, tout n'est pas noir ou blanc. Les avis sont partagés et encore souvent réservés.

Partager sur :