Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Trêve des expulsions locatives : 52 expulsions l'année dernière en Haute-Vienne

dimanche 30 octobre 2016 à 19:58 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Alors que la trêve des expulsions locatives entre en vigueur le 1er novembre, l'année dernière, les expulsions de locataires ont été au nombre de 52 en Haute-Vienne. Des cas extrêmes qui, selon les associations, concernent souvent des locataires en rupture avec le système.

52 expulsions locatives ont eu lieu avec recours à la force publique l'année dernière en Haute-VIenne
52 expulsions locatives ont eu lieu avec recours à la force publique l'année dernière en Haute-VIenne © Maxppp - Alexander Roth-Grisard

Haute-Vienne, France

Ce n'est pas forcément volontaire ou conscient. Souvent, ce sont des locataires évidemment en très grande difficulté financière, mais aussi en grande difficulté sociale et en rupture du système. Parfois aussi, c'est simplement de la mauvaise foi, mais le cas semble plus marginal.

En tout cas, toutes les associations d'aide au logement le soulignent à Limoges : quel que soit le cas, il ne faut jamais faire l'autruche, c'est le meilleur moyen d'arriver à cette solution radicale de la mise à la porte. Avant l'enclenchement de la procédure, et pendant les 6 mois qu'elle va durer, tout est possible pour arrêter la machine et pour trouver de l'aide, avoir un délai ou obtenir l'étalement d'une dette

D'ailleurs, les associations de Limoges le déplorent car cela illustre bien le problème : quand leur dossier arrive devant le juge la plupart des locataires ne viennent pas défendre ou expliquer leur cas.