Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Trêve hivernale : en Touraine, davantage de places en hébergement d'urgence cette année

mardi 31 octobre 2017 à 5:32 Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine

La trêve hivernale débute ce mardi. L'objectif est que plus personne ne dorme dans les rues jusqu'au 31 mars. En Touraine, 452 places d'hébergement d'urgence sont disponibles pour le moment. Mais la préfecture compte bien trouver de nouvelles places pour éviter les refus.

Pour le moment, il y a 452 places d'hébergement d'urgence en indre-et-Loire.
Pour le moment, il y a 452 places d'hébergement d'urgence en indre-et-Loire. © Maxppp - Sébastien Jarry

Indre-et-Loire, France

La semaine dernière, le numéro d'urgence s'est vu contraint d'essuyer jusqu'à 120 refus en une journée. C'est pourquoi deux centres ouvriront leurs portes à la mi-novembre, un pour les hommes et l'autre pour les femmes seules et/ou avec enfants. À la clé : une trentaine de places disponibles. Les centres d'accueil de jour eux seront également ouverts quelques heures de plus.

Des mesures préfectorales exceptionnelles

Mais après l'épisode de grand froid de douze jours l'année dernière. Le préfet d'Indre -et-Loire prévoit aussi des mesures exceptionnelles comme la mise a disposition de deux gymnases. Celui de Tours, le gymnase Paul Racault qui a déjà servi l'hiver dernier ainsi que celui de Saint Avertin. Ils pourront accueillir à eux deux jusqu'à 60 personnes, majoritairement des familles.

Certains viennent des départements voisins

Et en cas d'extrême urgence restent les chambres d'hôtels. 17 d'entre elles avaient servi l'année dernière. Le préfet envisage à nouveau d'y avoir recours même si ce mode d'hébergement est loin d'être privilégié. Mais il y a encore ceux pour qui il est difficile de trouver une solution, notamment quand ils n'appellent plus le 115. Enfin, ceux qui viennent des départements voisins, lassés de ne pas trouver de place dans leur département. Il est difficile de dire si les moyens mis en place seront suffisants.