Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois anciens députés forment les élus à la lutte contre la radicalisation

-
Par , France Bleu Paris

Députés jusqu'en 2017, Georges Fenech, Patrick Mennucci et le Francilien Sébastien Pietrasanta ont fondé une société qui forme à la détection et à la lutte contre la radicalisation islamiste. Des centaines d'élus et d'agents territoriaux franciliens ont déjà bénéficié de leur expertise.

L'ancien député LR du Rhône Georges Fenech.
L'ancien député LR du Rhône Georges Fenech. © Radio France - Nicolas Olivier

Co-fondateur de FMP (initiales de Fenech, Mennucci et Pietrasanta), Georges Fenech était ce mardi l'invité de France Bleu Paris pour évoquer ce nouveau service proposé aux élus : des formations pour les aider à identifier les signes de radicalisation auprès de leurs administrés ou de leurs fonctionnaires. En région parisienne, le souvenir de l'attentat de la préfecture de police de Paris le 3 octobre 2019 (4 morts) est encore dans toutes les mémoires. Les services de FMP sont ainsi particulièrement demandés, explique Georges Fenech.

"Nous sillonnons toute la France, et en Ile-de-France nous avons déjà formé 800 agents territoriaux des Yvelines et l'ensemble des élus du département. Nous avons aussi formé 800 agents d'Alfortville (Val-de-Marne) et les cadres territoriaux de Clamart (Hauts-de-Seine), et nous poursuivons (...) C'est un sujet qui inquiète toute la communauté nationale, mais qui mieux que les maires peut connaître ses administrés ?"

Les trois anciens députés, qui siégeaient encore à l'Assemblée il y a trois ans, ont développé une expertise sur le sujet. Georges Fenech a présidé la commission d'enquête après les attentats de 2015. Sébastien Pietrasanta, l'ancien élu d'Asnières, a lui été rapporteur de la loi Sécurité en 2014.

Comment reconnaître quelqu'un qui a basculé ?

"Nous avons des exemples concrets. C'est un mineur qui n'a plus aucune décoration dans sa chambre. Qui est déscolarisé. Qui refuse de se mettre à table s'il y a une bouteille de vin. Qui refuse de serrer la main d'une fille... Ce sont des signes qui doivent alerter."

Georges Fenech n'invite pas à la délation, mais en cas de signe inquiétant les élus peuvent alimenter le fichiers des personnes radicalisées, qui compte aujourd'hui près de 23.000 noms selon lui. La difficulté étant d'être vigilant sans pour autant verser dans la discrimination envers les musulmans. "Il ne faut pas confondre la radicalisation et le fondamentalisme religieux. Chacun est libre d'avoir son courant religieux, et même si on doit combattre certains principes contraires aux valeurs de notre République, ils ont le droit d'exister."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu