Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Trois ans de prison pour avoir violé son épouse

jeudi 17 octobre 2013 à 10:57 Par Marina Cabiten, France Bleu

Trois ans de prison ferme pour avoir violé son épouse : un homme a été condamné mercredi par la cour d'assises du Val-de-Marne. Un jugement emblématique, car les violences sur les femmes au sein du foyer sont rarement renvoyées devant une juridiction criminelle.

Violences conjugales - illustration
Violences conjugales - illustration © MaxPPP

Il a été condamné pour viol conjugal, ce qui est très rare en France. Cet homme écope de trois ans de prison ferme, sur décision mercredi de la cour d'assises du Val-de-Marne, à Créteil. Il se retrouve également inscrit au fichier des auteurs de violences sexuelles. La peine est inférieure aux réquisitions de l'avocate générale, qui demandait huit à dix ans de prison.

Décembre 2010 : sous les yeux de leur fille de 4 ans, l'homme donne à son épouse des coups de pieds, de poings, de tête. Il la contraint ensuite deux fois à un rapport sexuel.

"C'est une victoire car la société a reconnu le viol conjugal, maintenant je dois vous avouer qu'on attendait un peu plus", Me Nathalie Tomasini, l'une des avocates de la victime

La victime avait refusé le droit au huis clos. Elle a voulu "parler au nom de toutes ces femmes qui ont subi des violences" dans l'intimité du foyer familial, selon son autre avocate Me Janine Bonaggiunta. Et d'ajouter : "elle a eu beaucoup de courage" de dénoncer ces faits, rarement jugés devant les assises.

"Ni putes ni soumises" s'était constituée partie civile. L'avocate de l'association a insisté sur le fait que "très souvent dans la tête des gens, et jusque dans la tête de certains magistrats, le viol conjugal est considéré comme un peu moins grave que le viol commis par un prédateur sexuel. C'est un procès emblématique parce que Samia incarne le combat qui est le nôtre".

L'accusé risquait 20 ans de prison.