Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Violences au Hangar à bananes : trois étudiantes nantaises demandent au maire de la ville d'agir

dimanche 5 novembre 2017 à 18:20 Par Maureen Suignard, France Bleu Loire Océan

Trois Nantaises ont lancé une pétition en ligne après avoir été agressées au Hangar à bananes il y a quelques semaines. Elle recueille déjà plusieurs milliers de signatures. Les jeunes femmes demandent au maire de Nantes d'agir contre les nombreux actes de violence dans ce quartier festif.

Les cinq étudiants nantaises étaient ensemble lors d'une agression au Hagar à banane, elles ont toutes signé la pétition.
Les cinq étudiants nantaises étaient ensemble lors d'une agression au Hagar à banane, elles ont toutes signé la pétition. © Radio France - Maureen Suignard

Nantes, France

" Cette pétition, c'est pour montrer notre ras-le-bol " raconte Lucie Domaigné, étudiante nantaise de 19 ans. La jeune femme, avec deux de ses amies, est à l'origine d'une pétition en ligne : "Stop à l'insécurité critique au Hangar à Nantes", un lieu très festif de la ville.

" Toutes les semaines nous entendons des témoignages de jeunes de notre entourage qui se font racketer, agresser verbalement et physiquement. J'ai trois de mes amis qui ont même fini au CHU de Nantes tellement c'était grave", raconte Lucie Domaigné. Une violence inscrite dans leur quotidien.

Le déclic, l'évènement qui les pousse à agir, se produit il y a quelques semaines. Un vendredi soir, alors qu'elles rentrent du Hangar à bananes, une vingtaine de jeunes les agresse et frappe le garçon qui les accompagnait. Une expérience traumatisante, un choc pour les jeunes femmes mais pas une surprise. Parce qu'elles entendent bien trop souvent parler de rackets, de passage à tabacs et même d'agressions sexuelles.

"J'aime trop ma ville pour ne rien faire"

La situation se dégrade selon et cela les attriste. "Je vis ici depuis 19 ans. Cette violence a toujours été présente à Nantes mais jamais à ce niveau là. On la voit monter depuis quelques temps" s'inquiète Lucie Domaigné. "J'aime beaucoup trop Nantes pour ne pas retourner au Hangar à bananes et ne pas y faire la fête" poursuit la jeune femme. Elle rappelle également que la question de la sécurité dans ce lieu très prisé des jeunes fêtards nantais touche aussi les parents " qui ont toujours peur qu'il nous arrive quelque chose."

Elles demandent au maire de Nantes d'agir

Pour ces jeunes femmes, et les milliers de signataires de la pétition en ligne, il est urgent d'agir. C'est pour cela qu'elles interpellent directement le maire de la ville de Nantes Johanna Rolland. Elles souhaiteraient qu'il y ait plus de policiers à patrouiller au Hangar à bananes. "Pour le moment il n'y a aucun policier au Hangar, personne pour nous aider en cas d'agression" s'indigne Chloé Lalleron. Des caméras de vidéosurveillance doivent être installées d'ici un an, "mais il faudrait déjà que les lieux soient éclairés pour que l'on puisse voir les agresseurs. Au niveau de la grue jaune, il n'y a rien, c'est noir! " précise Chloé Lalleron.

Les trois jeunes femmes ont demandé une réponse du maire de Nantes, un appel pour le moment resté sans réponse.