Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois infirmiers de la polyclinique du Cotentin en renfort à l'hôpital de Cherbourg

-
Par , France Bleu Cotentin

La polyclinique du Cotentin vient à la recousse de l'hôpital Pasteur : trois infirmiers ont été envoyés ce jeudi dans l'unité covid. Ils doivent y rester une dizaine de jours. En conséquence, quelques interventions chirurgicales prévues dans les prochains jours à la polyclinique sont repoussées.

Sidney, Mélanie et Mélanie (à gauche sur la photo) vont renforcer les équipes covid de l'hôpital Pasteur de Cherbourg pendant une dizaine de jours
Sidney, Mélanie et Mélanie (à gauche sur la photo) vont renforcer les équipes covid de l'hôpital Pasteur de Cherbourg pendant une dizaine de jours © Radio France - Pierre Coquelin

Public et privé, main dans la main contre le covid. Mi-octobre, le centre hospitalier public du Cotentin (CHPC) et la polyclinique du Cotentin se sont entendus pour mettre en œuvre une stratégie territoriale concertée, en accord avec l'Agence régionale de santé. Stratégie qui doit répondre à deux objectifs : "_prendre en charge les patients atteints du covid_, bien plus nombreux que lors de la première vague, tout en maintenant un niveau optimal de prise en charge médicale et chirurgicale des habitants du Cotentin", résume Béatrice Legoupil, la directrice de la polyclinique. Il s'agit d'éviter les reports massifs des interventions, comme ce fut le cas au printemps.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'envie d'aider

Mi-novembre, même si les indicateurs indiquent une circulation plus faible du virus dans le département (par exemple, le taux d'incidence est passé de 224 à 125 cas positifs pour 100.000 habitants en une dizaine de jours), les hôpitaux manchois sont toujours à flux tendu ces dernières semaines : au 18 novembre, 87 personnes hospitalisées dans le Manche, selon la préfecture, dont 13 en réanimation. Ainsi, après avoir déprogrammé une salle de bloc le 5 novembre, lundi dernier, le CHPC s'est vu contraint de faire appel aux soignants de la polyclinique. 

Béatrice Legoupil, directrice : "L'objectif, c'est le maintien coûte que coûte de la prise en charge des patients, covid et non-covid"

L'établissement privé a eu 48 heures pour s'adapter et trouver des volontaires. Cinq personnes se sont manifestées, et finalement, trois infirmiers ont été envoyés ce jeudi en unité covid à l'hôpital Pasteur. Leur mission doit durer une dizaine de jours. "Je voulais vraiment aider les équipes à l'hôpital. Avec ce qu'on voit à la télé, on n'a qu'une envie, c'est que la crise passe au plus vite. Donc, si on peut apporter un peu de notre aide, on y va", souligne Mélanie Rambure, 26 ans. "C'est là-bas que ça se passe, à l'hôpital public. Par notre rôle d'infirmier, on est souvent en première ligne, on est plus ou moins habitué à tout ça", ajoute Sidney Toto, qui travaille depuis deux ans à la polyclinique. 

Quelques interventions reportées

Ce jeudi, les trois infirmiers ont suivi une formation pour se familiariser avec les locaux, les services, le logiciel informatique (qui est différent de celui de la polyclinique). "On a eu aussi une infirmière hygiéniste qui est venue nous montrer comment s'habiller et se déshabiller avec les équipements", explique Mélanie Lebredonchel, aux soins externes à la polyclinique. 

"Le personnel qui reste sur place s'est engagé très rapidement à compenser les temps d'absence des trois personnes en faisant du temps de travail supplémentaire", confie la directrice. En conséquence, 10% des interventions chirurgicales prévues la dernière semaine de novembre sont déprogrammées. "Les patients vont être avertis. On va leur proposer une nouvelle date dans le mois qui vient ou dans les deux mois", souligne Béatrice Legoupil. Lors du premier confinement, cinq personnes (anesthésistes, salle de réveil) avaient été envoyés à l'hôpital Pasteur ; cette fois, les besoins sont orientés sur l'aspect soin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess