Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois semaines de grève en vue pour les éboueurs, des amas de poubelles jonchent les rues de Castres

-
Par , France Bleu Occitanie

Une cinquantaine d'éboueurs de l'agglomération de Castres-Mazamet sont en grève, alors évidemment les poubelles débordent dans les deux villes. Les agents demandent une revalorisation d'au moins 30 euros par mois. La grève a été prolongée jusqu'au 9 mai.

La grève des éboueurs a débuté le 19 avril.
La grève des éboueurs a débuté le 19 avril. © Radio France - SM

Des amas de poubelles dans les rues de Castres. Et c'est parti pour durer. Les éboueurs de la sous-préfecture tarnaise sont en grève depuis le 19 avril. Et faute de négociations, ils ont décidé de poursuivre le mouvement de grève au moins jusqu'au 9 mai.   

La grève des éboueurs a débuté le 19 avril.
La grève des éboueurs a débuté le 19 avril. © Radio France - SM

30 euros par mois

Alors les tas de poubelles vont encore grossir. Les 50 éboueurs qui travaillent pour l'agglomération de Castres demandent une augmentation de 30 euros par mois. Ils demandent aussi l'embauche de CDD qui travaillent avec eux depuis plus de six ou sept ans. Pour le moment, les rippers estiment qu'il n'y a eu aucune négociation. Ils expliquent que le président de l'agglomération Pascal Bugis a seulement fait une proposition par écrit de 16 euros par mois. 

Pascal Garric est éboueur depuis 17 ans et il est représentant syndical force ouvrière. Et il dit que la hiérarchie méprise le service depuis plus de 10 ans.   

"Les gars sont motivés comme au premier jour de grève" Pascal Garric FO.

Peur de voir surgir des rats 

Dans la ville, des bennes ont été installées, mais dans certains quartiers ça déborde et les Castrais sont très partagés sur le mouvement. Beaucoup nuance le travail difficile des éboueurs. " Ils ne courent plus derrière les camions. Ils ont des machines très perfectionnées maintenant" disent certains sur le marché. "Ce sont des gens sous payés " répondent d'autres. " C'est la galère. On ne sait plus où poser les poubelles. À chaque fois, j'ai peur de voir surgir un rat. Mais je comprends. Il faut qu'ils continuent. Tant pis." conclue une quinquagénaire  

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'agglomération commence à parler de la mise en place d'un service minimum alors que les négociations sont totalement au point mort. Les rippers promettent eux de tenir bon "Tant qu'on ne sera pas vraiment écoutés on fera grève. Trois semaines sans salaire, c'est difficile. Mais on est extrêmement motivés" disent-ils. 

Reportage à Castres après deux semaines de grève des éboueurs.

La grève des éboueurs a débuté le 19 avril.
La grève des éboueurs a débuté le 19 avril. © Radio France - SM
La grève des éboueurs a débuté le 19 avril.
La grève des éboueurs a débuté le 19 avril. © Radio France - SM
Pascal Garric est éboueur depuis 17 ans et il est représentant syndical FO.
Pascal Garric est éboueur depuis 17 ans et il est représentant syndical FO. © Radio France - SM
Choix de la station

À venir dansDanssecondess