Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Troisième grève en deux mois pour les professeurs du collège Pagnol au Havre

Le collège Marcel Pagnol du Havre était fermé ce vendredi 17 mai, à la suite d'une importante grève du corps enseignant. Pour la troisième fois en deux mois, plus d'une vingtaine de professeurs dénoncent des hausses du nombre d'élèves dans les classes et les manques de moyens.

Sur la trentaine de professeurs en tout, seuls une poignée n'était pas en grève au collège Marcel Pagnol du Havre. La direction a finalement fermé l'établissement ce 17 mai.
Sur la trentaine de professeurs en tout, seuls une poignée n'était pas en grève au collège Marcel Pagnol du Havre. La direction a finalement fermé l'établissement ce 17 mai. © Radio France - Simon de Faucompret

Le Havre, France

Les quelques 300 collégiens de l'établissement Marcel Pagnol du Havre (Seine-Maritime) ont dû être ramenés chez eux, ce vendredi 17 mai. Une grande majorité de l'équipe pédagogique du collège (une trentaine en tout, un peu plus d'une vingtaine qui travaillaient ce jour) a décidé de faire grève, pour la troisième fois en moins de deux mois. Des actions similaires avaient déjà été menées le 28 mars et le 2 avril derniers. À noter que le conseiller principal d'éducation (CPE) du collège Pagnol a également décidé de faire grève, selon les professeurs mobilisés.

Manque de moyens humains et sur-effectifs

L'énorme problème soulevé par les professeurs est le manque de moyens face au sur-effectif de leurs classes. "Quand je suis arrivé il y a quatre ans, on avait 18 élèves de 6ème par classe", se souvient Yoann Gagnant, professeur d'éducation physique et sportive (EPS) et représentant au syndicat SNEP. "Aujourd'hui, on est 25."

En tout, ce collège situé en "REP +" (réseau d'éducation prioritaire renforcé) compte douze classes, trois par niveau, et trois classes de SEGPA supplémentaires pour l'éducation adaptée d'élèves en difficulté. Une quatrième classe de 6ème est prévue à la rentrée, mais à une seule condition imposée par la direction, selon la prof d'anglais Louise Jeanne : "Il faudrait qu'on intègre nos élèves de SEGPA dans les classes déjà existantes." Une situation ingérable pour Yoann Gagnant : "Ça voudrait dire qu'on fait exploser les effectifs de chaque classe avec des élèves qui ont besoin d'une attention particulière. D'autant que nous ne sommes pas tous formés pour les accompagner."

Montée des incivilités

Alors qu'un conseil d'administration (CA) a lieu ce lundi 20 mai, tous les professeurs sont d'accord : il faudrait une classe de plus par niveau ici, au collège Pagnol, pour que tout fonctionne bien. "Le calcul est simple", résumé Louise Jeanne. "Selon les prévisions, on va accueillir 72 élèves de 6ème à la rentrée prochaine. Si on reste sur trois classes, ça fait un effectif de 24." C'est au-dessus de la norme pour un établissement en REP

D'autant que cette hausse du nombre d'élèves a d'autres conséquences sérieuses : "Il y a beaucoup plus d'incivilités et de violences", observe Yoann Gagnant. Selon lui, une assistante d'éducation a été bousculée, et "tapée au poing au niveau de la poitrine" il y a quelques semaines. "Ce ne sont pas les élèves qui changent foncièrement", précise la prof d'anglais. "Mais comme les conditions d'enseignement et d'accueil sont dégradées, les portes sont ouvertes pour des comportements inadaptés."

C'est pourquoi les professeurs appellent les parents d'élèves en soutien. Pour eux, impossible de dispenser une éducation correcte dans ces conditions.