Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'État invite les communes creusoises à fusionner

vendredi 14 septembre 2018 à 19:40 Par Olivier Estran, France Bleu Creuse

Etes vous prêts à vous marier avec votre voisin ? C'est le défi que l'État lance aux élus creusois. Il y a 256 communes aujourd'hui dans le département, l'objectif serait d'en compter 190 d'ici deux ans. De préférence des bourgs de plus de mille habitants.

A Parsac-Rimondeix, les deux communes ont fusionné depuis deux ans pour unir population et budgets
A Parsac-Rimondeix, les deux communes ont fusionné depuis deux ans pour unir population et budgets © Radio France - Olivier Estran

Creuse, France

Il y a un peu plus de 120.000 habitants en Creuse pour 256 communes. Dans ce joli département rural, les villes se comptent sur les doigts des deux mains, et comme partout ailleurs en France, on connait bon nombre de mairies qui comptent moins de 100 habitants.

Pour l'État, cela n'a plus grand sens. Impossible d'avoir des projets ou de se rendre attractif à une aussi petite échelle, voila pourquoi la préfecture incite les maires de la Creuse à fusionner leurs villages. L'idéal serait d'atteindre des regroupements de bourgs de mille habitants. On recense 256 communes aujourd'hui, l'Etat fixe l'objectif d'en compter 190 d'ici deux ans.

On ne va pas supprimer les communes" - Magali Debatte, Préfète de la Creuse

"L'idée c'est de faire aux élus des propositions purement techniques, explique la Préfète de la Creuse, qui va écrire lundi a une centaine de maires de la Creuse, à eux de nous répondre sur un accord de principe, ou pas, d'ici la fin du mois de septembre. On ne supprime pas les communes, mais on les incite à regrouper leurs forces et travailler ensemble.

C'est fini le temps des mariages forcés, pour que ça marche, il faut des mariages d'amour" - Jean-François Ruinaud, maire de Néoux, 300 habitants  

Le principe a été présenté lors d'une réunion des maires et adjoints de la Creuse, et tous ne sont pas emballés. "On regarde autour de nous, mais on ne voit pas vraiment avec qui s'unir , soupire Sylvie Martin , maire de Roches dans le nord de la Creuse.  "Il faut que la mariée soit belle" , ajoute son collègue Jean-François Ruinaud, maire de Néoux dans le sud du département.. "et deux communes pauvres n'ont jamais fait une commune riche."

Les maires de Roches, Néoux et Gouzon dubitatifs

Pour inciter les communes à franchir le pas, l'État promet de ne pas baisser leur Dotation globale de fonctionnement, leur principale subvention. Au contraire , elle serait même ré-évaluée de 5% . Une aubaine pour les petites communes rurales en période de disette budgétaire.

A plus de 1.000 habitants, on peut attirer des entreprises" - Jean-Claude Perot , maire de Saint Dizier-Leyrenne

Certains sont déjà prêts à s'unir, c'est le cas des communes de Saint-Dizier-Leyrenne (779 habitants) et Masbaraud-Merignat (342 habitants) qui projettent de ne faire plus qu'une au 1er janvier 2019. Le maire de Saint-Dizier-Leyrenne n'y voit que des avantages: à plus de 1.000 habitants la nouvelle commune sera plus attractive, elle aura une chance de préserver son école, ses commerces et pourra regrouper ses services municipaux.

Certains projets sont déjà bien avancés  - Radio France
Certains projets sont déjà bien avancés © Radio France - Olivier Estran

Voila pourquoi Saint Dizier et Masabaraud veulent se marier

Au total , 15 communes sont déjà prêtes à s'unir à travers "cinq projets en réflexion" :

  • Moutier d'ahun (176h), Ahun (1448h), Chamberaud (101h), Fransèches (242h), Sous-Parsat (120h) et Saint Martial-le-Mont (244h)
  • Moutier-Malcard (519h) et Mortroux (294h)
  • Saint Pierre-le-Bost (135h), Leyrat (153h) et Boussac-Bourg (748h)
  • Linard (166h) et Malval (40h) (ce projet a capoté , les deux communes n'ont pas réussi à s'entendre sur leur niveau d'endettement).
  • Masbaraud-Merignat (342h) et Saint Dizier-Leyrenne (779h)