Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tulle est la première ville limousine à avoir atteint les 20 % de bio dans ses cantines

mardi 2 octobre 2018 à 19:06 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

La ville de Tulle a reçu ce mardi le label Territoire Bio Engagé décerné par Interbio Nouvelle-Aquitaine. Elle a atteint le seuil de 20 % de produits bio dans ses cantines. Seul le village de Gentioux-Pigerolles en Creuse y était parvenu jusqu'à présent.

A Tulle la priorité du bio a été donnée aux légumes et aux fruits, les plus concernés par les pesticides dans l'agriculture conventionnelle
A Tulle la priorité du bio a été donnée aux légumes et aux fruits, les plus concernés par les pesticides dans l'agriculture conventionnelle © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Tulle, France

Le processus a été lancé en 2014 après que la municipalité de Tulle a repris en régie municipale ses cuisines centrales. L'objectif initial était d'attendre 20 % de bio à la fin de cette mandature. Ce n'est donc pas sans fierté et satisfaction que Sandrine Taillefer, conseillère municipale chargée de la restauration scolaire, aux côtés du maire Bernard Combes, a reçu le label Territoire Bio Engagé par lequel Interbio Nouvelle-Aquitaine, l'interprofession de la filière bio, récompense les communes qui ont atteint ce seuil, recommandé par le Grenelle de l'environnement.

Sans surcoût pour les familles

"L'objectif est d'atteindre les 100 %, sans se poser de délai" précise Sandrine Taillefer. Le processus étant allé plus vite que prévu l'élue se dit que les 50 % pourraient être atteints sur cette mandature. Il faut dire que ce passage au bio est très bien accepté par les familles. Car l'engagement que "cette augmentation du bio dans les cantines c'était sans augmentation du coût ni pour les familles, ni pour la collectivité a été tenu" précise Sandrine Taillefer.

Un cercle vertueux

La limite actuelle est cependant l'approvisionnement que la municipalité veut le plus local possible. Le département de la Corrèze compte encore très peu de producteurs bio, 4,5 % des surfaces agricoles. Mais Philippe Leymat, producteur de vin et de noix bio, et vice-président d'Interbio Nouvelle-Aquitaine, affirme que justement la démarche de Tulle est de nature à inciter les exploitants à passer au bio. Car si ce genre de demande augmente la production augmentera. "C'est un cercle vertueux" explique-t-il. D'autant plus encourageant pour la filière que de nombreuses communes ont entamé le même processus que Tulle et se rapprochent des 20 %, comme par exemple toutes celles de l'agglo de Tulle et en Haute-Vienne, Panazol, Feytiat ou encore Rihlac-Rancon.