Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tulle : la commémoration à huis clos du 9 juin 44 fait des remous parmi les familles des martyrs

-
Par , France Bleu Limousin

Tulle a rendu hommage ce mardi comme chaque année aux martyrs du 9 juin 44. En raison de la crise du Covid-19 la cérémonie avait lieu à huis clos. Une hérésie selon de nombreuses familles de suppliciés.

Il n'y avait quasiment aucun public dans le Haut-Lieu de Cueille pour assister au dépôt des gerbes
Il n'y avait quasiment aucun public dans le Haut-Lieu de Cueille pour assister au dépôt des gerbes © Radio France - Philippe Graziani

Chaque année la cérémonie rassemble plusieurs centaines de personnes. Cette fois, même si quelques Tullistes ont bravé la consigne en venant quand même au Haut-Lieu de Cueille, il n'y avait guère plus d'une soixantaine de personnes, les officiels à l'intérieur du monument, et les spectateurs à l'extérieur. C'est donc une cérémonie du 9 juin 44 en mode très allégé, que Tulle a vécue cette année, pour rendre hommage aux 99 hommes pendus et aux 149 déportés par la division Das Reich. 

Une annulation pire encore

La traditionnelle marche entre le quartier de Souilhac, lieu du supplice, et le Haut-Lieu de Cueille, l'ancienne décharge où avaient été jetés les corps par les Allemands, site de la cérémonie, n'a pas eu lieu. Pour le reste le déroulé est le même. Les noms des martyrs ont été lus par des collégiens, que deux cette année, une dizaine de gerbes ont été déposées par les élus et par le préfet. Mais l'absence des familles est criante. "C'est dommage, reconnaît Michel Drelon, le président du Comité des martyrs de Tulle. Mais on ne peut pas faire autre chose que de subir" rappelant que les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits. "Que n'aurait-on dit si le 9 juin n'avait pas été le 9 juin !" ajoute de son côté François Hollande, présent comme chaque année. C'eût été extrêmement lourd de conséquences pour les familles, pour Tulle et pour tout ce que représente la cérémonie des martyrs".

Les familles des suppliciés se sont succédé durant toute la journée pour rendre hommage aux martyrs
Les familles des suppliciés se sont succédé durant toute la journée pour rendre hommage aux martyrs © Radio France - Philippe Graziani

Ceux qui vont y assister sont ceux qui ne sont pas touchés" Charles, fils de déporté

Les familles n'ont pu que venir avant la cérémonie au Haut-Lieu de Cueille pour rendre hommage aux suppliciés. Certes elles comprennent bien que les règles sanitaires devaient être appliquées. Mais nombre d'entre elles estiment qu'il y avait sans doute un moyen de faire autrement. "Les familles, par paquets de 10 par exemple, auraient pu au moins venir devant les monuments" estime Charles. "Ceux qui vont y assister c'est ceux qui n'ont pas été touchés" précise-t-il. Un regret partagé avec rancœur par une dame. "Ça reste le privilège de certains élus ou hauts fonctionnaires, et les familles, dégage ! C'est honteux parce que ça nous appartient cette histoire !". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess