Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tulle : manifestation contre l'expulsion d'un pirate des mers somalien

-
Par , France Bleu Limousin

Une cinquantaine de personnes ont manifesté ce lundi devant la préfecture à Tulle contre l'expulsion programmée d'un Somalien de 31 ans. Mohamed Mousse Farah a purgé une peine de prison de 8 ans pour sa participation à une prise d'otage meurtrière en 2011 des passagers d'un voilier.

Les manifestants ont affiché des portraits de Mohamed Mousse Farah pour montrer le visage d'un homme qui, selon elles, risque la mort s'il rentre chez lui.
Les manifestants ont affiché des portraits de Mohamed Mousse Farah pour montrer le visage d'un homme qui, selon elles, risque la mort s'il rentre chez lui. © Radio France - Philippe Graziani

Tulle, France

L'affaire avait fait grand bruit. Le 8 septembre 2011 des pirates prennent d'assaut un catamaran, le Tribal Kat, au beau milieu du golfe d'Aden. A son bord un couple Evelyne et Christian Colombo. Les 9 assaillants sont lourdement armés. Ils font feu. Christian Colombo est mortellement touché. Evelyne Colombo est libérée après deux jours de séquestration par un commando de l'armée espagnole. 7 des 9 assaillants sont arrêtés et jugés en France en 2016. Parmi eux, Mohamed Mousse Farah, 31 ans aujourd'hui, qui purge sa peine au centre de détention d'Uzerche.

Le droit d'asile comme pour n'importe qui d'autre

Mais après 8 ans de prison il doit être libéré ce mardi. Mais c'est pour être probablement aussitôt conduit en centre de rétention avant d'être reconduit dans son pays, la Somalie. Car il y a quelques semaines le préfet de la Corrèze a pris un arrêté d'expulsion à son encontre. Et c'est ce qu'une cinquantaine de personnes ont dénoncé en manifestant ce lundi après-midi devant la préfecture à Tulle. Qui assument parfaitement de défendre un ancien criminel. "Ça fait partie des droits de l'homme, rappelle Gilles Vassaux, l'un des participant. Ce jeune a purgé sa peine, il a donc droit comme tout condamné à avoir la liberté et à faire exercer son droit d'asile".

Une exécution en représailles

Et surtout Mohamed Mousse Farah risque la mort s'il rentre chez lui selon les associations qui avaient appelé à ce rassemblement. Car après son arrestation et lors du procès il a coopéré avec la justice. "Il a donné des noms, il a expliqué ce que chacun faisait dans le bateau, il a donné les noms des chefs" affirme Sabine Pardon du groupe Cimade de Peyrelevade. Nul doute selon elle qu'il sera donc exécuté dès son retour en représailles. De son côté la préfecture précise que l'ordre de quitter le territoire qu'elle a émis fait suite au rejet de la demande d'asile de Mohamed Mousse Farah par l'OFPRA et que la procédure a été parfaitement respectée et validée par le tribunal administratif.