Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un accueil de jour pour les victimes de violences conjugales à Bressuire

jeudi 11 avril 2019 à 19:16 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

Un accueil de jour pour les femmes victimes de violences conjugales à Bressuire : il est ouvert depuis la fin de l'année dernière mais a été inauguré ce jeudi. Il fonctionne sur le même modèle que le lieu d'accueil, d'écoute et d'accompagnement de Niort et s'adresse aux femmes du nord Deux-Sèvres.

Illustration
Illustration © Maxppp - Maxppp

Bressuire, France

Un accueil de jour pour les femmes victimes de violences conjugales à Bressuire. Ouvert en fin d'année 2018, il vient tout juste d'être inauguré. Le premier accueil de jour, porté par l’UDAF en 2014 à Niort, ne permettait pas aux victimes de violences au sein du couple du Nord Deux-Sèvres d’accéder à cette structure. Il était donc essentiel d’apporter une réponse similaire dans cette zone non couverte. 

Un lieu privilégié d'accueil, d'écoute et d'accompagnement

Pour les victimes qui n’ont pas quitté le domicile conjugal, cet accueil de jour est un lieu "privilégié" où elles peuvent exprimer leurs souffrances souvent cachées. Elles peuvent aussi s’y reposer, se renseigner, voire préparer leur départ du domicile conjugal. Celles qui franchissent les portes de ce lieu restent libres de quitter ou non le domicile conjugal. Les femmes peuvent s’y rendre seules ou avec leurs enfants. 

Une aide pour se défaire du conjoint violent

Cette aide doit leur permettre de cheminer, de comprendre et de sortir de l’emprise de ce conjoint violent, de prendre conscience qu’elles sont victimes. Elles peuvent se confier, librement, en conservant l’anonymat, ce qui leur permet de dépasser les craintes qui peuvent parfois les empêcher d'aller porter plainte. 

Jusqu'ici en effet, seules 20% des victimes de violences au sein du couple portent plainte, dont 88% de femmes.