Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Salon de l'Agriculture 2020

Salon de l'agriculture : à 18 ans il défend l'Alsace en finale du concours des Meilleurs apprentis charcutiers

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Martin Diebold, 18 ans, représente l'Alsace pour le concours national des Meilleurs apprentis de France charcutiers traiteurs organisé au Salon de l'agriculture. Le jeune apprenti, en formation à Drusenheim, dans la boucherie de son père et de son oncle, fait face à 18 autres candidats.

Martin Diebold, 18 ans, derrière la vitrine de la charcuterie familiale à Drusenheim.
Martin Diebold, 18 ans, derrière la vitrine de la charcuterie familiale à Drusenheim. © Radio France - Julien Penot

Chez les Diebold, l'art de la boucherie-charcuterie est une affaire familiale qui commence à Drusenheim.  C'est ici, dans le commerce de son père et de son oncle, que Martin Diebold, 18 ans a fait ses armes. Alors quand le petit-fils est sélectionné pour la finale du Concours National des Meilleurs Apprentis de France, c'est une grande fierté. 

Deux épreuves au Salon de l'agriculture : galantine et terrine

Le jeune homme doit composer à Paris pendant deux jours, vendredi 21 et samedi 22 février, à l'occasion de l'ouverture du Salon de l'agriculture. Au menu, deux épreuves : une galantine de cochon et ses déclinaisons et une terrine de légumes végétales. Le tout face à 18 autres candidats venus des quatre coins de la France et sous les yeux d'un jury. "Ils regardent tout un ensemble de choses, que cela soit le nettoyage et les outils utilisés. Par exemple, ils peuvent sonder la température de la farce pour vérifier qu'elle ne dépasse pas les 15 degrés", décrit Martin Dielold, tablier autour de la taille. 

Très stressée, mais très très fière de lui"  - Sandrine, mère de Martin Diebold

Pour espérer gagner le concours, le candidat peut s'appuyer sur l'expérience de sa famille. Son oncle, son père et même son grand-père ont tous une formation de boucher-charcutier. Mais c'est surtout Sandrine, la mère de l'apprenti qui appréhende le plus : "Il s'est entraîné pendant des heures et des heures... On lui souhaite le meilleur." 

Charcutier de père en fils 

Avant Martin, son grand-père, Jean-Paul Diebold, 78 ans, était également charcutier : "Je suis encore à la boucherie, je sers des clients. Je lui ai donné des conseils : toujours travailler." 

Il souhaiterait que son petit-fils reprenne l'affaire au côté de son cousin. Ce dernier, Franck, 23 ans, a également participé à plusieurs concours.  Il comprend la pression que ressent Martin : "Il faut être soit même, travailler son produit mais réussir à ne pas stresser pendant un concours, cela reste difficile."

Le jeune espoir de la famille a déjà prouvé son talent. Médaillé d'or au salon international de la boucherie-charcuterie à Stuttgart en 2018, il est également arrivé deuxième au concours des Meilleurs Apprentis charcutier de France l'année dernière. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu