Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une soixantaine de manifestations organisées partout en France contre la PMA pour toutes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu
France

Un collectif d'associations, dont la Manif pour tous, appelle à manifester ce samedi 10 octobre contre l'ouverture de la PMA à toutes les femmes. Une mesure adoptée le 1er août en deuxième lecture à l'Assemblée nationale.

 Manifestation des anti PMA en octobre 2019.
Manifestation des anti PMA en octobre 2019. © Maxppp - Julien Mattia

C'est la mesure-phare du projet de loi bioéthique : l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. L'assemblée nationale l'a adoptée début août et la mesure doit passer en seconde lecture au Sénat dans les prochains mois. En attendant, le collectif d'associations Marchons Enfants, dont la Manif pour tous, appelle à nouveau à manifester contre ce texte partout en France ce samedi 10 octobre. 

Ces associations fustigent une "procréation toujours plus artificielle". Selon Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, "ce projet de loi bioéthique représente une déconstruction de la procréation humaine, de la filiation et de la famille."

Des contre-manifestations, en faveur de la PMA pour toutes les femmes, sont également organisées dans plusieurs villes, comme à Bayonne, Limoges où les deux visions de la famille se sont affrontées, ce samedi midi, Tours, ou encore Strasbourg. 

Validée à deux reprises par les députés

Pour rappel, cette mesure prévoit l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires. Pour l'heure, la PMA est réservée aux seuls couples hétérosexuels. Le texte supprime donc "le critère médical d'infertilité"et permet le remboursement par la Sécurité sociale. La mesure a été validée le 1er août sans encombre par l'Assemblée nationale, comme en première lecture au mois d'octobre 2019.

Si le collectif contre la PMA dénonce un texte où l'on entre "dans la logique de l'enfant qui est un dû", cette mesure est particulièrement attendue par les associations LGBT. La présidente de l'association LGBT GayLib, Catherine Michaud, aussi membre du mouvement radical, a d'ailleurs salué début août une "avancée historique pour les droits et la liberté des femmes". Même si elle a également regretté que les personnes trans' "aient été écartées" du projet. 

De son côté, le Premier ministre Jean Castex a salué un texte qui représente selon lui une "avancée pour les familles, les patients, la recherche" et issu "du dialogue sincère engagé entre l'exécutif, le Parlement et la société".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess