Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Un appel aux dons pour prévenir les risques suicidaires chez les chefs d'entreprises de Haute-Vienne

-
Par , France Bleu Limousin

L'association APESA 87 lance un appel aux dons pour financer des séance de psychothérapie, afin de prévenir les risques de suicide chez les chefs d'entreprises de Haute-Vienne. Des risques qui seraient en hausse, suite à la crise économique engendrée par celle du coronavirus.

 Certains chefs d'entreprises sont en profonde détresse à cause de la crise économique engendrée par le coronavirus (photo d'illustration)
Certains chefs d'entreprises sont en profonde détresse à cause de la crise économique engendrée par le coronavirus (photo d'illustration) © Maxppp - Cyril Sollier

Combien d'entreprises seront-elles victimes de la crise économique liée à la pandémie de coronavirus ? Difficile pour l'instant de répondre à cette question, mais au-delà de la survie des entreprises, c’est aussi, parfois, celle de leurs dirigeants qui est en jeu selonl'association APESA 87 (Aide psychologique pour les entrepreneurs en souffrance aiguë). Cette association, créée en 2017, lance donc un appel aux dons pour offrir des séances de psychothérapie pour les patrons en grande détresse psychologique.

Le but c'est d'éviter des suicides et des personnes ont vraiment été sauvées - Guy Averty, président d'APESA 87

Ces trois dernières années, plus de 70 alertes ont été lancées en Haute-Vienne, par les 40 sentinelles chargées de repérer ceux qui présentent des tendances suicidaires. Pour ces patrons, artisans ou entrepreneurs indépendants au bord du gouffre, l'association propose un premier entretien par téléphone dans les heures qui suivent l'alerte, avec un psychologue référent. Ensuite, APESA peut prendre en charge jusqu'à cinq séances de psychothérapie supplémentaire.

Les chefs d'entreprises qui acceptent cet accompagnement n'ont rien à débourser et ce sont des psychologues proches de chez eux qui les rappellent pour fixer les rendez-vous. Tout est ainsi fait pour les soulager et leur simplifier la tâche dans une période déjà difficile pour eux. L'association a donc besoin d'argent pour financer ces séances dont le nombre risque d'augmenter avec la crise économique actuelle.

Une femme m'a dit "la meilleure chose qui puisse m'arriver maintenant, c'est un accident de voiture..."

Parmi les sentinelles formées pour repérer la détresse des chefs d'entreprises, il y a Philippe Mazière qui est lui-même passé par l'épreuve de la liquidation judiciaire il y a quelques années. "C'est très violent" commente-t-il pudiquement. D'autant qu'à cette époque, le dispositif APESA n'existait pas. A nouveau patron, il met à profit son expérience en s'impliquant pleinement dans l'association et ces deux derniers mois, il a reçu "plus de sollicitations directes" de la part de chefs d'entreprises en difficulté. 

Il a été notamment été très touché par une femme dont l'entreprise a bien fonctionné durant 30 ans, jusqu'à cette crise. "La meilleure chose qui puisse m'arriver maintenant, c'est un accident de voiture..." lui a confié cette dame qui a depuis commencé à remonter la pente. Ce genre de situation risque hélas de se répéter plus fréquemment selon les sentinelles que l'on trouve dans les chambres de commerce et d'industries, chambres des métiers et de l'artisanat, ou encore parmi les greffiers du tribunal de commerce, les huissiers, les administrateurs judiciaires ou encore les avocats.

Si vous souhaitez faire un don à APESA 87, il faut contacter la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Haute-Vienne au  05.55.45.15.15 et demander Catherine Dagiral, qui fait partie des sentinelles de l'association.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu