Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un appel pour retrouver des photos de la gare de Pithiviers à l'époque de la Seconde guerre mondiale

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Alors que l'ancienne gare de Pithiviers va devenir un lieu de mémoire et de souvenir courant 2020, le Cercil, centre d'études et de recherches sur les camps d'internement du Loiret, cherche des photographies, des témoignages de ce qu'a été cette gare lors de la Seconde Guerre mondiale.

L'ancienne gare de Pithiviers
L'ancienne gare de Pithiviers © Radio France - Anne Oger

Pithiviers, France

La gare de Pithiviers a vu des trains partir vers le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, ou vers Drancy, après la rafle du Vel' d'Hiv. 

Alors que la gare va être transformée en un lieu de mémoire et de souvenir courant 2020, le Cercil cherche à récupérer des objets, des lettres, des témoignages sur ce qu'il s'est passé dans cette gare, désormais abandonnée. "Cinq convois sont partis vers Auschwitz, et on n'a aucune photo, se désole Hélène Mouchard-Zay, la présidente du Cercil. Aucune photo de départ de convoi. Des photos de la gare de Pithiviers, on en a quelques-unes, mais c'est tout." La recherche de documents porte surtout sur le moment du départ des trains. 

Une nécessité de se souvenir qui est très importante aujourd'hui, détaille Hélène Mouchard-Zay : "C'est même plus important que jamais. Les témoins directs, pour des raisons mécaniques, ne sont plus là. Un objet, un témoignage, c'est une source de souvenir, _il faut garder cela pour les jeunes générations pour qui, la Seconde Guerre mondiale, c'est presque l'Antiquité_." 

Si vous retrouvez de ces précieux souvenirs chez vous, vous pouvez contacter le Cercil, situé au Mémorial des enfants du Vel' d'Hiv', à Orléans.