Société

Un an après l’attaque de Charlie, le collège Lou Blazer de Montbéliard inaugure sa salle des débats

Par Faustine Mauerhan, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 12 janvier 2016 à 14:16 Mis à jour le mardi 12 janvier 2016 à 11:17

Cinq élèves de troisième ont participé à l'installation de la salle des débats.
Cinq élèves de troisième ont participé à l'installation de la salle des débats. © Radio France - Faustine Mauerhan

Un an que les élèves de Lou Blazer travaillaient sur ce projet, depuis l’attentat contre la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo. Ce mardi matin, c'est le grand jour : l’inauguration de la salle des débats du collège de la Petite Hollande à Montbéliard.

C’est une salle avec des chaises en cercle, où les enfants et les adultes, pourront dire ce qu'ils pensent à l'occasion de plusieurs débats par mois, sur tout et n'importe quoi. La salle des débats du collège Lou Blazer dans le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard est désormais ouverte à tous l’établissement. Les profs pourront la réserver comme la salle informatique. Les élèves pourront proposer des sujets de conversation. Bref, le collège met en pratique la liberté d’expression, quasiment un an jour pour jour après la grande marche du 11 janvier à Paris où 4 millions de personnes avaient défilé en soutien et en mémoire des journalistes de Charlie Hebdo, assassinés dans une attaque terroriste.

"Ça n’a pas de sens de faire un cours théorique sur la liberté d’expression"

L’idée est venue des enseignants de Lou Blazer, au lendemain de ces attentats. "Il fallait que les élèves pratiquent la liberté d’expression en plus de seulement en entendre parler en cours. Qu’ils puissent se rendre compte que l’on peut être en désaccord et quand même vivre ensemble", explique Gladys Bruchon, la prof d’histoire-géo qui a supervisé l’installation de la salle des débats. "Il était important que le débat ait lieu dans le collège, qu’on puisse tout entendre pour aussi contredire les opinions ou déconstruire des arguments faciles."

Gladys Bruchon : "la liberté d'expression ça se pratique."

Mais la salle des débats a aussi vu le jour grâce aux élèves. Un bon groupe au début, puis cinq adolescentes vraiment investies jusqu’au bout. Des jeunes filles de troisième qui estiment avoir des choses à dire et pas assez d’espace pour s’exprimer. "On a un avis sur plein de choses et on a jamais le temps de le dire, explique Lémia. Par exemple en histoire on a étudié les génocides, ça nous a tous choqué mais on n’a pas eu le temps d’en parler en cours puisqu’on a un programme à tenir. Ce serait bien qu’on puisse en parler dans la salle des débats."

Débattre de la vie du collège aussi

Mais que les jeunes de Lou Blazer se rassurent, il ne sera pas toujours question de sujet si sérieux. Ghita a beaucoup d’autres idées de débat qui auront toutes leur place ici. "On pourrait aussi bien parler de politique que de l’usage des téléphones portables dans la cours de récréation. Le but c’est aussi de parler de notre vie de tous les jours." Pareil pour les adultes d’ailleurs. Gladys Bruchon aimerait bien dans le même esprit, que des débats sur l’enseignement soient organisés entre les professeurs. 

Le reportage de France Bleu au collège Lou Blazer