Société

Un an après la catastrophe, une journée de commémorations est prévue à Brétigny

Par Martine Bréson, France Bleu Paris vendredi 11 juillet 2014 à 5:00

L'accident du train à Brétigny le 12 juillet 2013 est le plus meurtrier en France depuis 25 ans
L'accident du train à Brétigny le 12 juillet 2013 est le plus meurtrier en France depuis 25 ans © @hoopnod

Le drame de Brétigny, c’est le plus grave accident ferroviaire qui a eu lieu depuis 25 ans. Samedi, un an après la catastrophe qui a fait 7 morts et des dizaines de blessés, une cérémonie privée est organisée pour les victimes et leur famille. Une instruction est en cours pour déterminer les responsabilités. Dans la gare, sur les quais et les voies, il ne reste aucune trace de l’accident.

C’était il y a un an. Le train Paris-Limoges déraillait à Brétigny-sur-Orge tuant 7 personnes et faisant des dizaines de blessés. L'éclisse, cette pièce de métal qui relie deux rails, ne tenait plus que par une vis qui a plié au passage du train. L'éclisse a alors basculée, et le train a déraillé. Les experts ont rendu leur rapport qui met en cause la maintenance de la SNCF et une instruction judiciaire est en cours pour déterminer les responsabilités.

Pour cet anniversaire et cette journée de commémoration, la SNCF a tout fait pour qu’il ne reste aucune trace de l’accident. Les travaux sont tous terminés et le quai et l’abri, qui avaient été complètement détruits il y a un an, sont flambant neufs.

E brétigny plus de traces

A Brétigny, les riverains de la gare n’ont pas oublié mais ils veulent tourner la page. Rares sont ceux qui se rendront à la cérémonie d’hommage publique qui se tiendra à 17h00 samedi sur le parvis de la gare de Brétigny.

Une autre cérémonie, privée celle là, est organisée pour les victimes et les familles. Certaines ont déjà été indemnisées par la SNCF. Combien d’argent ont-elles reçu ? Impossible de le savoir car ceux qui ont accepté sont soumis à une clause de confidentialité.

P brétigny indemnisation

Un an après la catastrophe, 80% des victimes, soit 32 personnes, ont reçu une offre d’indemnisation. Même si elles ont accepté, elles conservent le droit d’être partie civile au procès pénal.

Quand aux personnes qui ont dit non à l’indemnisation, elles reçoivent automatiquement 80% de la somme proposée et elles peuvent toujours réclamer une somme plus importante devant les tribunaux.  

 

E Brétigny victime