Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

VIDÉOS - Tempête Alex : un an après, Saint-Martin-Vésubie se reconstruit

Par

Les violentes intempéries dans la nuit du 2 au 3 octobre 2020 ont fait dix morts et huit disparus. Les dégâts matériels provoqués par la tempête Alex sont considérables, "les plus importants en France métropolitaine depuis la seconde guerre mondiale" selon le préfet délégué aux vallées sinistrées.

L'un des villages les plus meurtris par la tempête Alex en 2020, Saint-Martin-Vésubie et ses 1400 habitants. L'un des villages les plus meurtris par la tempête Alex en 2020, Saint-Martin-Vésubie et ses 1400 habitants.
L'un des villages les plus meurtris par la tempête Alex en 2020, Saint-Martin-Vésubie et ses 1400 habitants. © Radio France - Marion Chantreau

C’est l’un des villages les plus meurtris par les violentes intempéries. "Nous avons 91 maisons entièrement détruites, et 67 désormais en bord de falaise ou partiellement détruites", détaille le maire de Saint-Martin-Vésubie, Ivan Mottet. Des entreprises ont été dévastées. Depuis un an, les routes ont été reconstruites et des ponts provisoires permettent de circuler, la réfection des sentiers de randonnée a bien avancé.  

Publicité
Logo France Bleu

Les indemnisations et le fonds Barnier

Le fonds de prévention des risques naturels majeurs, dit "fonds Barnier", est un outil permettant d'indemniser les particuliers et de détruire les biens devenus dangereux. Après le passage de la tempête Alex, Saint-Martin-Vésubie est la commune qui comprend le plus grand nombre de maisons concernées par le fonds Barnier. "Les domaines doivent faire l'évaluation des biens, et les expertises sont longues, explique le maire. Certains habitants ont reçu une première indemnisation de leur assurance, ce sera complété par le fonds Barnier."  

loading

Depuis le passage de la tempête, une centaine d'habitants a quitté le village, les autres veulent rester. Des maisons continuent de se vendre. Le maire se veut optimiste : "On comptait 72 élèves à l'école avant la tempête. Aujourd'hui, il y a de nouveau 72 élèves."

Le lit de la rivière élargi 

Un plan de prévention des risques et inondations a été défini avec la préfecture, pour prendre des mesures de sécurité à l'avenir. Après la tempête, le lit de la rivière est passé de 10 à 90 mètres de large. Une zone de presque 100 mètres de large sera désormais sanctuarisée, explique le maire de la commune "Si on veut construire là, il y aura des études géologiques très poussées. Nous pourrons créer des parkings, des parcours de VTT, un stade de foot"

Mais la priorité, c'est de conforter les berges, insiste Ivan Mottet. Les enrochements de la Madonne et du Boréon doivent être terminés avant l'hiver, pour éviter de nouveaux dégâts en cas de nouvelles crues. 

loading

Se préparer aux risques

Ivan Mottet ne croit plus au phénomène de crue centennale : "Demain il peut pleuvoir une nouvelle fois dans des proportions identiques au même endroit et il faut s'y préparer". 

Des exercices sont prévus avec la préfecture pour s'entrainer, à partir d'un PC de crise installé à la mairie afin d'envoyer au plus vite les secours sur le terrain. "_On a déjà bien réagi le jour de la tempête avec les pompiers volontaires qui d_ès 14h sont allés voir les habitants à risque pour leur dire de partir. J'ai fait fermer les écoles. Vers 16h30, nous n'avons plus eu d'électricité, de téléphone. Les gendarmes, les pompiers, les hommes de Force 06 couraient de maison en maison."

Les chantiers en cours 

La future zone d'activité du Touron, actuellement en travaux, hébergera les entreprises sinistrées, comme l'entreprise de maçonnerie de Jean-François Roux. Son entrepôt a été entièrement balayé par la tempête il y a un an. "J'ai sauvé mon camion et mon pick-up dans l'entreprise uniquement". Son matériel (bétonnière, brouette mécanique, mini-pelle) a été emporté par la rivière en furie. Il a trouvé une solution temporaire : s'installer dans une grange à vaches. Grâce à des aides des associations comme le Secours Populaire et le Département , il a pu redémarrer son activité. 

loading

La brasserie du Comté , située dans le quartier Saint-Nicolas et emportée dans la tempête, est en cours de reconstruction elle aussi sur un terrain au lieu-dit du "Pra dou Majour". Un bâtiment de 1.380 mètres carrés doit sortir de terre en fin d'année pour une reprise des premiers brassages en mars prochain. 

Il va falloir reconstruire un cimetière, car le plus récent a été emporté lui aussi dans la rivière avec 90 caveaux. Le Vésubia Mountain Park a rouvert mi-juin. 

Au total, après la tempête, les dégâts des particuliers et des professionnels couverts par les assurances, sont estimés à 217 millions d'euros dans les Alpes-Maritimes. L'État a pour le moment investi 572 millions d'euros dans la reconstruction. Cela englobe l'aménagement d'infrastructures durables, résistantes aux risques futurs et l'indemnisation par le fonds Barnier des habitants situés dans des zones désormais inconstructibles. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu