Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un an après, les commerçants de l'Estanove ne se sont toujours pas relevés de l'épisode neigeux à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Les 28 commerçants des Collines de l'Estanove attendent depuis un an les travaux pour rénover le centre commercial dégradé par l'épisode neigeux des 28 février et 1er mars 2018. Mais les assurances tardent.

Le toit effondrée du centre commercial des Collines de l'Estanove à cause de la neige du 28 février 2018
Le toit effondrée du centre commercial des Collines de l'Estanove à cause de la neige du 28 février 2018 - Christine Bertrand

Difficile d'imaginer en arrivant au centre commercial des Collines de l'Estanove que la neige est tombée il y a un an. C'est à se demander s'il est ouvert ou pas. Pour lever le doute, une grande banderole a été déployée pour aviser les clients : Centre Commercial Ouvert. Une forêt d'étais métalliques tient une toiture que l'on imagine fragile, un sas improvisé fait office d'entrée (peu accueillante) du centre, des grilles de chantier rappellent que le tout est temporaire. Temporaire, mais jusqu'à quand ? Les 28 commerçants du centre, qu'ils soient locataires ou propriétaires aimeraient bien le savoir. Car ce dossier complexe est entre les mains des propriétaires et des assurances. Et à ce jour, il n'y a aucune date programmée pour les travaux et ils n'ont toujours pas été indemnisés.

Les travaux de réparations du toit n'ont toujours pas commencé un an après la neige

Pire, une mise aux normes obligatoire pour ce centre qui date des années 70 est nécessaire et elle pourrait coûter un million d'euros selon Arielle Lopez, la présidente de l'association des commerçants des Collines de l'Estanove. En 2016, elle a 22 ans lorsqu'elle investit 150 000 euros pour reprendre la boucherie. Et aujourd'hui, elle se sent piégée. "Je suis obligée de travailler pour payer les charges mais je peux à peine me rémunérer. Et j'espère ne pas devoir licencier mes salariés.

Je peux à peine me payer Arielle Lopez, la bouchère

Les pertes liées à la neige sont en moyenne de 30 à 40 % du chiffre d'affaire selon les commerces, bijouterie, buraliste. Pour la supérette SPAR c'est pire. Il n'a toujours pas rouvert. "Le devis était prêt 4 jours après l'épisode neigeux. Depuis, on attend les décisions des assurances et des propriétaires" explique le gérant Thierry Crabette qui a dû mettre deux salariés au chômage technique. Le problème c'est que le SPAR est une locomotive pour ce centre. Son absence explique aussi la perte de la clientèle des autres commerces. 

Une baisse de 30 % de chiffre d'affaire en moyenne

C'est en tout cas l'hypothèse de Christine Bertrand, la pharmacienne qui a dû fermer trois mois après l'épisode. "un tiers de notre clientèle est partie, on a perdu environ 30 % de chiffres d'affaire". Et là encore, beaucoup d'interrogations pour l'avenir et d'impatience. "On attend les travaux sur le toit car lorsqu'il pleut, l'eau coule dans la pharmacie, je suis obligée de surélever mon matériel informatique. On protège les produits avec des plastiques. Et puis, on n'a plus d'isolation. On s'est gelé cet hiver". 

Je me sens comme un cours en cage avec ces étais métalliques Alain Pequegnot, le buraliste

Le buraliste se sent comme dans une prison "avec les étais et les grilles, je me sens comme un ours en cage". Lui aussi peut à peine se payer : "Je me demande chaque matin pourquoi je me lève. J'avais un acheteur potentiel en décembre, mais quand vous ne pouvez pas donner de date de travaux... Je ne peux pas lui en vouloir de préférer en rester là. Je me sens otage, c'est le mot". Otage des propriétaires, de la copropriété et des assurances. 

Après l'attente, l'impatience

Les commerçants commencent à trouver le temps des expertises et des négociations un peu trop long, d'autant que la ligne 5 du tramway va passer juste devant le centre commercial des Collines d'Estanove, avec encore des mois de travaux en perspective.

L'entrée du centre commercial Les Collines de l'Estanove avec le SPAR toujours fermé
L'entrée du centre commercial Les Collines de l'Estanove avec le SPAR toujours fermé © Radio France - Claire Moutarde
Les grilles et les étais métalliques devant le marchand de journaux
Les grilles et les étais métalliques devant le marchand de journaux © Radio France - Claire Moutarde
Le sas à l'entrée du centre commercial
Le sas à l'entrée du centre commercial © Radio France - Claire moutarde
Le toit abîmé au dessus de la pharmacie
Le toit abîmé au dessus de la pharmacie © Radio France - Claire Moutarde

Le buraliste de l'Estanove se sent piégé par l'absence d etravaux

le reportage à l'Estanove

Choix de la station

À venir dansDanssecondess