Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : l'arrêté autorisant les commerces non-alimentaires à ouvrir à Bollène retoqué par le préfet

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

Sur fond de polémique depuis le reconfinement à propos de la fermeture des commerces qualifiés de "non-essentiels" tandis que les grandes surfaces vendent tous leurs produits non-alimentaires, le maire de Bollène Anthony Zilio a pris un arrêté contraire refusé aussitôt par le préfet de Vaucluse.

La mairie de Bollène
La mairie de Bollène © Radio France - JM Le Ray

Sur la page Facebook de la ville, le nouveau maire de Bollène justifie son arrêté par "la nécessité de lutter contre la concurrence déloyale des grandes surfaces et pour des raisons sanitaires". Anthony Zilio évoque sa volonté de redynamiser le commerce, une priorité, et de ne pas voir ses efforts passés de président de la communauté de communes Rhône-Lez-Provence partir en fumée en novembre. Il déclare être conscient que le préfet va déferrer son arrêté devant le tribunal administratif.

Une mise en demeure énergique du préfet de Vaucluse 

Aussitôt le préfet de Vaucluse lui écrit pour lui rappeler que l'article 37 du décret de confinement prévoit la fermeture des magasins de vente, dont relèvent les commerces non-alimentaires, "sauf pour leurs activités de livraison et de retrait de commandes"

"L’état d’urgence sanitaire actuellement en vigueur n’habilite pas le maire d’une commune à rouvrir les commerces et établissements recevant du public fermés par décret, votre arrêté du 31 octobre 2020 est illégal." - Bertrand Gaume, préfet de Vaucluse 

Il le met en demeure dans ce courrier de retirer cet arrêté immédiatement. Faute de retrait d’ici ce dimanche midi, Bertrand Gaume le déférera sans délai auprès du tribunal administratif de Nîmes. Anthony Zilio, qui devra bien sûr se plier aux mesures de l’état d’urgence sanitaire, aura sans doute voulu en fait tirer une fusée de détresse pour qu'elle soit aperçue puisqu’il terminait sa communication aux Bollénois par ces mots : "Mais si cet arrêté peut contribuer à faire réagir le gouvernement et à sauver nos commerces de proximité, alors nous aurons avancé."

De son côté, le maire  de Camaret annonce qu'il pendra aussi un tel arrêté ce lundi 2 novembre "pour l'ouverture des commerces non -essentiels avec effet immédiat" sur sa commune.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess