Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un bébé sur dix s'endort avec des écouteurs sur les oreilles

vendredi 30 octobre 2015 à 7:54 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Une étude publiée jeudi par l'association "La semaine du Son" dresse un constat alarmant : à même pas deux ans, 15% des enfants utilisent déjà un casque ou des écouteurs. Et 10% de cette même tranche d'âge a même l'habitude de s'endormir avec, le soir.

Les plus jeunes enfants utilisent un casque essentiellement dans les transports.
Les plus jeunes enfants utilisent un casque essentiellement dans les transports. © Maxppp

"La berceuse est remplacée par le casque" : tel est le constat alarmant que dresse Jean-Louis Horvilleur. Cet audioprothésiste a coordonné pour l'institut Ipsos et l'association "La semaine du Son" une étude*, publiée jeudi, sur l'utilisation des casques et des écouteurs par les enfants. 

Et le résultat de cette étude encore inédite à ce jour est inquiétant : 15% des enfants de moins de deux ans utilisent un casque ou des écouteurs, la plupart du temps lors de longs trajets en voiture. Et 10% s'endorment le soir avec un appareil de ce genre sur les oreilles.

Un manque de sensibilisation des parents

Chez les enfants de moins de six ans, la durée moyenne d'écoute est d'une demi-heure par jour en continu (contre deux heures chez les adolescents). Mais ce qui est inquiétant pour les médecins, c'est que ces très jeunes utilisateurs, dont l'appareil est réglé par les parents, "sont incapables de dire si le son est très fort", explique Jean-Michel Klein, président du syndicat national des médecins ORL. Or, toujours selon cette étude, 40% des parents n'ont jamais été sensibilisés aux risques auditifs.

Tout aussi inquiétant : les jeunes qui ressentent des troubles auditifs n'en parlent pas forcément à leurs parents : 41% des 7-12 ans affirment n'avoir rien dit à leurs parents, et 43% des 13-19 ans affirment n'avoir rien fait face à un trouble de l'audition. 

 

*Etude menée sur 500 parents d'enfants de moins de 6 ans, 511 enfants de 7 à 12 ans et 502 adolescents de 13 à 19 ans sélectionnés sur un échantillon national représentatif des sous-populations cibles interrogé selon la méthode des quotas, via l'Access panel d'Ipsos, du 25 septembre au 12 octobre 2015.