Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un centre contre l'obésité à Nîmes

mardi 25 octobre 2016 à 19:46 Par Fabien Randrianarisoa, France Bleu Gard Lozère

Selon une étude de l'INSERM, plus d'un Français sur deux serait obèse ou en surpoids. À Nîmes, un kinésithérapeute, ex-obèse, a monté un centre pour lutter contre ce fléau.

Mathias Willame kinésithérapeute, et Lionel Azais préparateur physique
Mathias Willame kinésithérapeute, et Lionel Azais préparateur physique © Radio France - Fabien Randrianarisoa

Nîmes, France

Dans les couloirs de l'espace Physioperf, situé en haut du boulevard Jean Jaurès, on croise à la fois des blouses blanches, et des tee-shirts de sports.

Une alliance inédite entre kiné, diététicienne, et préparateur physique, directement inspirée de l'expérience de Mathias Willame, kinésithérapeute et lui même ancien obèse.

Mathias Willame, kinésithérapeute et ancien obèse.

Kiné de l'équipe de handball féminine de Nîmes, Mathias cours le premier jogging de sa vie, avec une athlète en rémission. C'est là que naît une idée dans son esprit : il doit réparer le corps obèse, comme celui d'un athlète blessé.

"Quand on a un corps qui a changé, il y a toujours le spectre de la rechute. À un moment, il faut qu'on les accompagne, et qu'on leur montre qu'ils sont consolidés." Mathias Willame

Aujourd'hui, Mathias voit défiler de plus en plus d'actifs en surpoids dans son cabinet. Il l'explique par des modes de vie de plus en plus sédentarisés, où les quinze minutes de sport nécessaires pour limiter les risques d'obésité, passent le plus souvent à la trappe.

Idem pour les enfants, prompts à des efforts sportifs intenses mais de courtes durées.

Mais le spécialiste refuse tout fatalisme, l'obésité est une maladie qui se soigne, pas à pas, avec la reprise d'une activité physique adaptée.