Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un centre d'hébergement pour les femmes qui viennent d'accoucher et leur bébé ouvre ses portes à Paris (Xe)

lundi 11 mars 2019 à 5:06 Par Marie Roussel, France Bleu et France Bleu Paris

Un centre d'hébergement ouvre ses portes aux mamans qui viennent d'accoucher et à leurs bébés. Il est situé dans le Xème arrondissement de Paris. Dirigé par l'association Aurore, en partenariat avec le CHU d’Île-de-France, il comprend 90 places. Le but ? Désengorger les maternités.

Dhianka Fanta, jeune mère de 32 ans et son enfant vivent dans cet hébergement d'urgence, Lumière du Nord.
Dhianka Fanta, jeune mère de 32 ans et son enfant vivent dans cet hébergement d'urgence, Lumière du Nord. © Radio France - Marie Roussel

Paris, France

L'association Aurore ouvre un centre d'hébergement pour les femmes qui viennent d'accoucher et leur bébé, situé dans le Xème arrondissement de Paris. Il comprend 90 places : 45 pour les mamans et 45 pour les enfants. Un dispositif créé en partenariat avec l'AP-HP, le CHU d'Île-de-France, pour désengorger les maternités. 

Un dispositif inédit

"C'est un dispositif inédit, explique Sihem Habchi, la directrice d'activités de l'association Aurore. Il répond à une situation très particulière : c'est que les femmes enceintes restent dans les hall de maternités, accouchent dans des maternités et gardent des lits. Donc l'idée, c'est qu'une fois qu'elles accouchent et qu'elles vont bien, on poursuit les soins."

Une sorte de SAS en fait, où ces femmes ne sont pas censées y rester plus de deux ou trois mois. "Le temps de se reconstruire, de voir l'ouverture de leurs droits, de pouvoir faire leurs démarches, s'il le faut, en terme de suivi médical, puisqu'on est dans le soin et dans la continuité de ce qu'elles ont eu à l'hôpital. Mais c'est un SAS : l'idée c'est que ces femmes sortent pour laisser la place à d'autres", explique Sihem Habchi. 

Ensuite, les personnes hébergées sont redirigées, soit vers un centre maternel, soit vers un hôtel social.