Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un centre de convalescence pour hérissons dans le Val-d'Oise

mercredi 12 août 2015 à 6:00 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

A Saint-Prix dans le Val-d’Oise, des bénévoles s'occupent des hérissons blessés. Après avoir été soignés au Centre d'accueil de la faune sauvage d'Alfort (Val-de-Marne), les hérissons passent leur convalescence dans un enclos à Saint-Prix avant d'être remis en liberté.

Hérisson 1
Hérisson 1 © Radio France/Kevin Blondelle

Faire un enclos pour recueillir les hérissons en convalescence , c'est une idée du maire de Saint-Prix, Jean-Pierre Enjalbert. Comme tout le monde, il voyait des hérissons écrasés sur la route et il a été touché "Ça nous a fait mal. On a voulu participer à la sauvegarde de cette espèce qui est quand même menacée. On s'est décidé à participer à cette opération de sauvetage des hérissons ". Un petit bout de terrain communal accueille déjà cinq hérissons. Au fil des mois, ils devraient être une cinquantaine à venir se refaire une santé à Saint-Prix. Un passage obligé pour ces petits animaux d'abord soignés au Centre d'accueil de la faune sauvage d'Alfort dans le Val-de-Marne, avant d'être relâchés dans la nature.

Sauvons nos hérissons

Depuis avril 2007, le hérisson est un animal protégé . Il peut vivre dix ans pourtant, dans la nature, sa moyenne d’âge est de deux ans. Un tiers des hérissons en France meurent sur les routes. En Europe, chaque année, 700.000 hérissons trouveraient la mort écrasés par des voitures. Et ce n’est pas le seul danger qui guette le hérisson. Certains se noient dans les piscines. D’autres sont victimes des pesticides utilisés dans les jardins et les champs.

A Saint-Prix, les hérissons peuvent tranquillement se réadapter à la vie sauvage.  Un enclos de 100 mètres carrés est aménagé pour ce petit mammifère, seul animal en France à porter des piquants sur le dos. C’est dans cet espace que les hérissons seront installés une fois soignés car ils ont besoin d'un peu de temps avant de vivre à nouveau seul dans la nature . "Le principe c'est de nourrir, de changer l'eau et de voir que tout le monde se porte bien et n'a pas de soucis ", explique Paula, une bénévole qui vient tous les deux jours à l'enclos des hérissons. "C'est vraiment des petites bêtes très attachantes ", confie Caroline, une autre bénévole, "Elles sont mignonnes avec leurs petits piquants et leur petits nez toujours actifs".   

hérisson 5 - Radio France
hérisson 5 © Radio France

 

Le maire Jean-Pierre Enjalbert est très investi dans ce projet. Il propose même aux entreprises qui le souhaitent de parrainer un hérisson moyennant quelques euros.

E hérissons

La faune sauvage soignée à Alfort

Dans le Val-de-Marne, les oiseaux et les petits mammifères peuvent trouver du secours au Centre d’accueil de la faune sauvage d’Alfort (CEDAF) . Dans ce centre, les petits animaux blessés ou malades sont soignés. Les animaux trop jeunes pour s’en sortir seuls sont aussi recueillis. Au bout de quelques mois de convalescence, ils sont remis en liberté. 

Hérisson 3 - Radio France
Hérisson 3 © Radio France

Le CEDAF est le plus grand centre de soins dédié aux animaux sauvages d’Ile-de-France (85% des accueils) et le premier centre français de formation aux soins à la faune sauvage.

Ce sont des bénévoles et des étudiants vétérinaires de l’école d’Alfort qui s’occupent des animaux en détresse. En 2012, près de 2.000 animaux ont pu retrouver la santé au CEDAF.

Saint-Prix capitale de la biodiversité

Cette petite ville du Val-d’Oise a été reconnue "capitale de la biodiversité " en 2010 par Natureparif. Un titre pour saluer ses actions en faveur de la transition énergétique, de la réduction des déchets et de la défense de la biodiversité.

Depuis plusieurs années, la commune donne une grande place à l’animal . C’est un cheval qui tire la carriole pour ramasser les déchets verts. Pour lutter contre la production de déchets, des poules ont été données à une quinzaine de familles. Une miellerie et des ruches ont été installées sur le territoire de la commune. Des moutons sont chargés de tondre des pelouses.

S hérissons

Pour Saint-Prix la défense de la faune sauvage est une nouvelle étape. La commune a décidé de s’investir  et elle est soutenue par l’école vétérinaire d’Alfort (Val-de-Marne) et par l’association Faune Alfort créée en 2013.

Voici quelques conseils si vous trouvez un hérisson blessé.

 

Hérisson 2 - Radio France
Hérisson 2 © Radio France