Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un chauffeur Flixbus suspendu pour avoir arboré un tatouage nazi

-
Par , France Bleu, France Bleu Occitanie

Flixbus indique ce samedi avoir exclu de ses lignes un chauffeur italien portant tatoué sur le bras le titre de l'ouvrage hitlérien "Mein Kampf". La photo du tatouage repéré par un passager et la première réponse apportée par la compagnie de cars ont déclenché une vague d'indignation sur Twitter.

Un chauffeur FlixBus arborant un tatouage nazi lors d'un trajet Toulouse-Bergame, le 12 juillet 2019 (TWITTER / AGHANTROS)
Un chauffeur FlixBus arborant un tatouage nazi lors d'un trajet Toulouse-Bergame, le 12 juillet 2019 (TWITTER / AGHANTROS)

"FlixBus est fier d'être une multinationale dotée d'une équipe multinationale et que des chauffeurs de tous les secteurs culturels travaillent pour nous. Nous n'acceptons donc aucune discrimination d'origine ou de religion envers nos clients ou nos employés". La première réponse adressée vendredi sur Twitter par le community manager de la compagnie de cars Flixbus à un internaute qui l'interpellait sur le tatouage nazi de l'un de ses chauffeurs, photo à l'appui, a déclenché une vive polémique sur le réseau social.

Une formulation "malheureuse" portant à "mauvaise interprétation" 

L'entreprise fait machine arrière ce samedi et annonce que le conducteur, employé d'un sous-traitant italien de Flixbus, qui effectuait une liaison Toulouse-Bergame (Italie), a été suspendu à son arrivée à destination. Ce chauffeur "ne travaillera plus sur nos lignes", a précisé à l'AFP Raphaël Daniel, porte-parole de Flixbus, confirmant une information de plusieurs médias.

Interrogé sur le tweet à l'origine de la polémique, Raphaël Daniel a admis une formulation "malheureuse" portant à "mauvaise interprétation", alors que la compagnie entendait, selon lui, manifester sa tolérance zéro face à de tels phénomènes. "Sur le fond, nous voulions aussi vérifier ce qu'il en était", a-t-il ajouté.