Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un cimetière sans pesticides à Mazan

lundi 29 octobre 2018 à 6:11 Par Marie-Jeanne Delepaul, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Les cimetières ne sont pas concernés par l'interdiction d'utiliser des pesticides dans les lieux publics. Mais la commune de Mazan (Vaucluse) veut montrer l'exemple. Elle a banni les produits et chimiques et rappelle que "zéro phyto" ne rime pas avec mauvaises herbes.

Une quinzaine d'enfants du centre aéré de Mazan ont pris part  au premier chantier participatif.
Une quinzaine d'enfants du centre aéré de Mazan ont pris part au premier chantier participatif. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Mazan, France

La Toussaint et le jour des Défunts se préparent . Dans de nombreux cimetières, c'est le branle-bas de combat pour désherber et nettoyer pour accueillir les familles. Depuis le 1er janvier 2017, les communes n'ont plus le droit d'utiliser de produits chimiques dans les lieux publics. Les cimetières ne sont pas concernés (sauf s'ils sont des lieux de promenade, comme à Paris), mais à Mazan (Vaucluse), la mairie veut montrer l'exemple. 

Depuis deux ans, les agents n'utilisent plus de désherbants, y compris entre les tombes. La commune du Bosset a également aménagé son cimetière sans produits chimiques. Le Syndicat Mixte d'Aménagement et d'Equipement du Mont Ventoux recherche un troisième cimetière à transformer en " cimetière exemplaire " dès l'an prochain.

Pour embellir le cimetière et sensibiliser au "zéro phyto", la mairie de Mazan organise des chantiers participatifs : les habitants sont invités à venir jardiner et fleurir les allées.

Entre deux tombes, une armée de petits jardiniers creusent des trous pour planter des jeunes pousses. Ce sont des enfants du centre aéré, sous la houlette de Benoît Dupuy, paysagiste. C'est lui qui imagine le cimetière sans produits phytosanitaires : "Ailleurs, ce qui se fait en majorité aujourd'hui c'est du béton, de l'enrobé, beaucoup de graviers, et peu de végétation comme ici." "Ça gâche tout le goudron, ça ne laisse pas pousser les végétaux, ce n'est pas beau !" s'exclame Nathanaël, 9 ans, arrosoir à la main.

Les plantes méditerranéennes doivent, à terme, prendre la place des "mauvaises herbes". - Radio France
Les plantes méditerranéennes doivent, à terme, prendre la place des "mauvaises herbes". © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Des plantes locales prennent la place des mauvaises herbes

Mais comment avoir un beau cimetière sans produits chimiques... et sans mauvaises herbes ? Réponse avec Laurence Veillard, qui travaille au syndicat mixte d'aménagement du mont Ventoux (SMAEMV), le partenaire du projet : "Quand on n'utilise plus d'herbicide, il y a énormément de végétation spontanée, [pour les familles] c'est un peu un signe d'abandon de la part de la commune quand on les voit. Donc il y avait un peu l'obligation d'avoir un site propre, mais fleuri. Là on va remettre une plante à fleur qui va prendre la place de la mauvaise herbe quand elle va se développer."

Sont plantées uniquement des plantes locales, comme "le ciste de Florence, le ciste blanc, le thym" énumère le paysagiste. Des plantes méditerranéennes "qui sollicitent très peu d'entretien et très peu d'arrosage", souligne Laurence Veillard. Tout l'enjeu est de ne pas surcharger de travail les agents municipaux : cette méthode doit permettre de limiter au maximum l'entretien des petits recoins entre les tombes, désormais colonisés par les jeunes plants.

"Il faut s'adapter, on ne peut plus continuer à utiliser des produits comme ça" Alain Bagnol, agent municipal

Un groupe de filles répand des copeaux de bois autour des jeunes pousses : ce paillage, "c'est pour pas que les mauvaises herbes viennent" explique Lily, 8 ans. "Ça sert aussi à garder l'eau" complète Ines, 7 ans, qui a bien retenu la leçon.

Changer les habitudes

Cette méthode ne fait pas peur à Alain Bagnol, l'un des agents municipaux de Mazan, en charge de l'entretien du cimetière : "Ça demande peut-être un peu plus de temps, mais il faut s'adapter, on ne peut plus continuer à utiliser des produits comme ça." Il trouve le nouveau système "très bien" : "Automatiquement, ça va empêcher les mauvaises herbes de sortir, puisque [les palntes vont] recouvrir le sol. Après, on n'aura plus qu'à entretenir les allées principales avec du brûlage ou du désherbage manuel."

"J'aimerais que mon papy soit ici." - Lily, 8 ans

Maria et son mari sont venus se recueillir sur les tombes de leur famille. Ils voient tous ces changements d'un très bon œil : "C'est très bien fait, c'est bien délimité, et ça ne choque absolument pas, et surtout regardez ces enfants [qui travaillent], c'est génial !" Les enfants en effet ont pris leur mission jardinage très à cœur : "Les cimetières c'est un peu où on stocke l'amour des personnes. J'aimerais que mon papy soit ici. Quand c'est beau, ça rend l'ancêtre content, et la famille" explique la très philosophe Lily, qui a seulement huit ans.

L'autre objectif du projet, c'est de mettre en valeur le patrimoine : les tombes remarquables et les décorations (fleur, couronne, etc.) sont répertoriées et seront mises en valeur auprès du public grâce à une application mobile.

Le cimetière de Mazan n'est pas le seul à se lancer dans le "zéro phyto" : la commune du Bosset a aussi aménagé son cimetière sans produits chimiques. Le syndicat du mont Ventoux cherche un troisième cimetière à transformer en cimetière exemplaire l'an prochain.

Comment faire un beau cimetière sans pesticides ? Le reportage France Bleu Vaucluse.