Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un compagnon d'Emmaüs marche pour défendre la libre circulation

lundi 2 janvier 2017 à 22:49 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

Parti à pied de Toulouse fin décembre, un compagnon d'Emmaüs est arrivé en Dordogne.Michel Frédérico marche pour défendre l'article 13 de la déclaration des droits de l'Homme.

Michel Frédérico (au centre) a été accueilli par Cédric Thomas, responsable de la communauté de Coulounieix-Chamiers.
Michel Frédérico (au centre) a été accueilli par Cédric Thomas, responsable de la communauté de Coulounieix-Chamiers. © Radio France - Benjamin Fontaine

Il marche pour défendre la libre circulation des personnes partout dans le monde. Michel Frédérico, un compagnon d'Emmaüs parti de Toulouse le 27 decembre a traversé la Dordogne ces deux derniers jours. L'homme de 61 ans a pour objectif d'arriver à Paris le 22 janvier, date anniversaire de la mort de l'Abbé Pierre.

L'article 13 de la déclaration universelle des droits de l'homme énonce que "toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien et de revenir dans son pays." Michel Frédérico estime que cet article n'est pas suffisamment respecté aujourd'hui. Dans son viseur, la situation qui touche actuellement les migrants de Syrie.

"On nous fait croire que l'autre va nous apporter des malheurs" - Michel Frédérico

"Depuis quelques années on nous fait croire que l'autre est différent, qu'il est mauvais et qu'il ne va nous apporter que des malheurs. A Emmaüs, on considère que l'autre est générateur d'idées, créateur à tous les niveaux. C'était la pensée de l'Abbé Pierre", explique celui qui a été chef d'entreprise avant de connaître une faillite et quelques soucis de santé.

Son message, Michel Frédérico va le porter tout au long des 900 km qui séparent Toulouse de Paris. Il va marquer quelques pauses sur son chemin, à Tours, Châtellerault, Orléans. "Je me suis arrêté à Coulounieix car c'est une communauté que j'ai connu il y a quelques années et je voulais voir son évolution," confie Michel Frédérico.

Ce mardi, le marcheur va reprendre sa route, direction Limoges, accompagné de quelques compagnons périgourdins. Après son arrivée à Paris, il espère pouvoir compiler tous les témoignages recueillis sur son chemin.

Michel Frédérico explique sa démarche.