Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Un couple de l'Yonne toujours confiné au Maroc en camping-car

-
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu

Deux camping-caristes icaunais sont toujours bloqués au Maroc. Josiane et Jean-Marie Gaillard, deux habitants de Dixmont (Yonne), sont confinés dans un camping d'Aglou, au sud d'Agadir depuis deux mois. Ils n'arrivent pas à trouver de bateau pour rentrer en France.

Josiane et Jean Marie, deux Icaunais sont confinés depuis deux mois dans un camping à Aglou, au Maroc
Josiane et Jean Marie, deux Icaunais sont confinés depuis deux mois dans un camping à Aglou, au Maroc © Radio France - Josiane Gaillard

"On est loin d'être malheureux, mais c'est frustrant", explique Josiane Gaillard. Cette Icaunaise et son mari sont bloqués au Maroc depuis la mi-mars, depuis l'annonce du confinement dans ce pays. "Le confinement ici a été mis en place deux ou trois jours avant celui de la France. On ne nous a rien dit et d'un coup, il n'y avait plus de bateaux. On n'a pas pu rentrer", raconte cette retraitée de 69 ans. Josiane et Jean-Marie, deux habitants de Dixmont dans l'Yonne, sont donc dans un camping d'Aglou, au sud d'Agadir. Le confinement est toujours en vigueur au Maroc et devrait le rester jusqu'au 10 juin.

"Un a pris un billet de bateau. On a payé près de 600 euros et il n'y a pas de bateaux !"

Ecoutez le témoignage de Josiane Gaillard

Les liaisons maritimes sont très aléatoires. C'est pourtant le seul moyen pour ces camping-caristes de rentrer en France avec leur véhicule. Les Icaunais ont déjà dépensé plus de 800 euros pour des billets à bord de ferrys qui ne sont jamais partis ! "On avait notre billet retour vers l'Espagne qui n'était plus valable puisqu'il n'y a plus de bateaux vers l'Espagne. Alors on a pris un deuxième billet de bateau pour la ligne Tanger / Sète. On a  payé près de 600 euros et il n'y a pas de bateaux ! Les bateaux sont annulés ou sont reportés. Et à chaque fois qu'on change de date, il faut payer en plus. Nous, on a pris un billet pour le 13 juin et on nous dit qu'en juin, il n'y aura pas de bateaux", explique, dépitée, Josiane Gaillard.

Alors, en attendant d'en savoir plus, Josiane et Jean-Marie continuent de faire ce qu'ils font depuis deux mois : ils attendent. Ils ne manquent de rien et sont en bonne santé mais ils ne peuvent pas quitter le camping : "On est confiné sur le camping, on ne peut pas sortir, sauf pour faire les courses. On a la mer à côté mais on n'a pas le droit d'y aller. On ne peut pas aller à Agadir, à 100 km... Alors on lit, on a une tablette, on fait des jeux. On s'occupe ! On est loin d'être malheureux mais c'est frustrant."

"On est vraiment abandonnés. Tout le monde le dit : le gouvernement nous abandonne."

Les Icaunais communiquent avec leurs grands enfants par Internet. Ils se sentent isolés mais ne sont pas les seuls dans cette situation : "On est une trentaine dans notre camping, beaucoup de Français, quelques Allemands. On s'entraide, on discute entre nous. Mais les conversations tournent beaucoup autour des bateaux", reconnait la retraitée.

Ce que Josiane et Jean-Marie Gaillard voudraient avant tout, c'est que la compagnie maritime italienne qui leur a vendu leurs billets de bateau prennent ses responsabilités. Ils aimeraient aussi que les autorités françaises communiquent enfin. "Le consulat d'Agadir ne répond pas. C'est impossible de les joindre ! On est vraiment abandonnés. Tout le monde dit ça, ici, tout le monde dit que le gouvernement nous abandonne". On estime que 3.000 camping caristes français sont toujours coincés au Maroc.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu