Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Puy-de-Dôme : Pessat-Villeneuve pérennise l'accueil de réfugiés

lundi 23 avril 2018 à 20:59 Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne

Depuis trois ans, la commune de Pessat-Villeneuve accueille des migrants. Une solidarité clairement affichée par son maire, menacé de mort pour s'être engagé pour cette cause. Aujourd'hui il vient d'obtenir l'ouverture d'une centre provisoire d'hébergement pour pérenniser cet accueil.

Le château communal accueille 44 réfugiés à Pessat-Villeneuve
Le château communal accueille 44 réfugiés à Pessat-Villeneuve © Radio France - Jade Peychieras

Pessat-Villeneuve, France

Cela fait trois ans que la commune de Pessat-Villeneuve s'est engagée dans l'accueil de migrants. Par trois fois, un centre d'accueil et d'orientation (CAO) a été ouvert sur place pour héberger provisoirement des migrants. Une volonté de la municipalité diversement appréciée au départ. "C'est vrai qu'au début nous avions essuyé énormément de critiques. J'ai même été menacé de mort" se souvient Gérard Dubois le maire de Pessat-Villeneuve. 

L'an passé, l'élu avait déposé un dossier pour pérenniser l'accueil de ces migrants dans un centre provisoire d'hébergement. Une candidature déposée auprès de la préfecture alors à la recherche de partenaires et portée avec l'association clermontoise Cécler, qui gère l'accueil temporaire de Pessat cette année.

Un site d'accueil pérennisé

Il y a deux semaines cette candidature a été retenue. La commune va donc pouvoir "ouvrir" officiellement début 2019 un CPH, qui pourra accueillir 70 personnes, notamment des familles. Des personnes ayant le statut de réfugié, principalement en provenance de Syrie. Derrière ce choix et cette candidature, il y a des enjeux financiers et économiques. Sept emplois devraient être créés pour accompagner l'insertion de ces migrants. La commune va, elle, profiter de retombées. Et notamment en termes d'image, dans une actualité liée aux migrants très chargée ces derniers temps.