Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Un an de gilets jaunes : des scènes d’émeutes le 8 décembre 2018 à Toulouse

-
Par , , France Bleu, France Bleu Occitanie

Il y a un an, le 17 novembre 2018, la mobilisation des gilets jaunes commençait partout en France. A Toulouse, des débordements ont eu lieu le 8 décembre 2018, pour l'acte 4. Retour sur ces violences qui ont surpris et choqué les Toulousains.

Deux manifestants montent sur la barricade enflammée dans le quartier Saint Cyprien à Toulouse , le 8 décembre 2018, pour l’Acte 4 des gilets jaunes
Deux manifestants montent sur la barricade enflammée dans le quartier Saint Cyprien à Toulouse , le 8 décembre 2018, pour l’Acte 4 des gilets jaunes © Radio France - Olivier Lebrun

Toulouse, France

Le 8 décembre 2018, c'est le quatrième samedi que les gilets jaunes se mobilisent sur les ronds-points de la France entière et à Toulouse. Pour ce "4e acte", une marche pour le climat est organisée en même temps dans la ville rose. Depuis le 17 novembre, les manifestations se déroulaient plutôt dans le calme, mais ce samedi là, vers 14h45, à peine dix minutes après le départ de la manifestation, celle-ci est coupée en deux à Compans-Caffarelli. Les forces de l'ordre ont repéré des casseurs et s'immiscent dans le cortège. Des affrontements commencent et deviennent particulièrement violents alors que les manifestants se déplacent vers le quartier Saint-Cyprien, de l'autre côté de la Garonne. 

Barricades enflammées

Des dizaines de commerces et de banques sont alors attaqués, notamment avenue Etienne Billières, du mobilier urbain est dégradé, des barricades sont érigées avec du matériel de chantier et enflammées. Les forces de l'ordre, qui utilisent des gaz lacrymogènes, se retrouvent vite dépassées. Dans le musée des Abattoirs, juste à côté, des visiteurs sont confinés. Les CRS chargent à deux reprises sur les émeutiers qui de leur côté utilisent parfois des briques et qui finissent par se retrancher dans un immeuble à la nuit tombée. Aux alentours de 18h, les pompiers reprennent petit à petit le contrôle du centre-ville et éteignent les barricades.

Le 9 décembre 2018, la préfecture de Haute-Garonne indique qu'elle a recensé environ 6.000 manifestants. Il y a eu 40 blessés dont 28 membre des forces de l'ordre. Au total, 39 personnes ont été interpellées avec différentes armes (bombes artisanales, armes blanches, marteaux, gourdins, liquides inflammables...).

"Je condamne avec la plus grande fermeté ces actes particulièrement violents qui n'ont pour but que de détruire" affirmait le préfet de Haute Garonne et d'Occitanie, Etienne Guyot dans un communiqué publié le 8 décembre 2018 vers 19h.
Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc avait lui aussi dénoncé ces violences, qu'il redoutait quelques jours plus tôt. 

Suite à ce 8 décembre 2018, de nombreux autres samedis ont été émaillés d'incidents violents dans la ville rose et le maire a évalué les dégâts  à près de 3 millions d'euros.

1 an de mobilisation pour les gilets jaunes 

Pour revenir sur le 1er anniversaire de la mobilisation des gilets jaunes, Olivier Candille, délégué Régional Alliance CRS est l'invité de France Bleu Occitanie ce vendredi.  Après les blocages de Rond-point et à Toulouse les premières manifestations et les premiers affrontements. Ce mouvement des Gilets Jaunes a fait 11 morts et des centaines de blessés côtés manifestants et côté force de l'ordre. Olivier Candille, revient sur cette année de manifestation : "J'ai un regard critique surtout sur la façon dont les forces sont utilisées. Notre corps de métier c'est le maintien de l'ordre. Mais notre plus gros problème c'est le temps de récupération. Les deux tiers voir la quasi-totalité des forces sont utilisées. Tant qu'on sera utilisé comme on l'est aujourd'hui, on ne peut pas envisager de sortie de crise pour nous." Aujourd'hui c'est le Préfet qui demande les forces directement au cabinet du ministre alors qu'auparavant on passait par le filtre de la direction des CRS qui tempéraient les demandes."

Ce matin sur France Bleu Occitanie, on s'arrête sur la 1ere année des Gilets jaunes. Au cœur de la crise, les commerçants ont payé un lourd tribut aux mobilisations du samedi. A Toulouse, une quinzaine d'entre eux avaient déposé le bilan devant le tribunal de commerce. Le président de la Fédération des commerçants de Toulouse, Jean-Marc Martinez, est plutôt satisfait de voir les clients revenir dans le centre ville après des mois compliqués : "Les commerces fonctionnent maintenant normalement et les Toulousains reviennent. On a pas encore les chiffres d'affaires mais on sent une envie des Toulousains de réinvestir le centre-ville, avec le marché de Noël aussi." Une nouvelle manifestation des gilets jaunes est prévue ce samedi 16 novembre à Toulouse pour fêter la première année de mobilisation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu