Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un an de gilets jaunes : en Sarthe, "ce n'est pas fini!"

-
Par , France Bleu Maine

Des appels à "reprendre" les ronds-points circulent afin de marquer le premier anniversaire du mouvement des "gilets jaunes". Signe que de la "rancœur" existe encore, selon l'un d'entre eux, Jean-Claude Leroyer un Sarthois qui publie un livre sur l'histoire de cette mobilisation sociale.

Sarthe, France

Un an après le début du mouvement des "gilets jaunes, "rien n'a changé", affirme tout net Jean-Claude Leroyer. Ce Sarthois, lui-même manifestant de la première heure, publie ses "Chroniques d'un vieux Gilet Jaune en Sarthe et à Paris" (Eric Jamet éditeur). Un ouvrage dans lequel il retrace de manière chronologique sa vision de la crise sociale française, telle qu'elle a éclaté le 17 novembre 2018. Invité de France Bleu Maine, Jean-Claude Leroyer dit percevoir une "rancœur" persistante chez les gilets jaunes. Il espère que nombreux Sarthois répondront à l'appel de "reprendre" les ronds-points durant le week-end des 16 et 17 novembre 2019

LIRE AUSSI : Un an de gilets jaunes : les mesures annoncées par Emmanuel Macron ont-elles été appliquées ?

Le Sarthois reconnait toutefois que l'avenir de ce mouvement est incertain. "On ne sait pas comment va réagir le gouvernement", explique-t-il. "Pour l'instant, les gilets jaunes n'ont pas vu les 17 milliards d'euros annoncés".Jean-Claude Leroyer ne juge pas utile une structuration du mouvement pour, par exemple, peser davantage sur le plan politique. "C'est un mouvement de contestation", plaide-t-il, "il n'a pas vocation à s'intégrer dans un système qu'il combat". 

DOCUMENT : CARTE - France Bleu pose 44 regards sur une année de gilets jaunes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu