Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Un an de gilets jaunes : le péage de Dozulé, premier point noir dans le Calvados

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Les gilets jaunes prévoient de se mobiliser à nouveau ce week-end pour célébrer le premier anniversaire du mouvement, né le 17 novembre 2018. Il y a un an, environ un millier de manifestants bloquait le péage de Dozulé sur l'A13 entre Caen et Rouen. De grosses perturbations et une ambiance détendue.

De nombreux motards et automobilistes étaient réunis devant le péage de Dozulé sur l'A13, le 17 novembre 2018
De nombreux motards et automobilistes étaient réunis devant le péage de Dozulé sur l'A13, le 17 novembre 2018 © Radio France - Marcellin Robine

Dozulé, France

Avant la première journée de mobilisation des gilets jaunes le 17 novembre 2018, plusieurs grands lieux de rendez-vous apparaissent sur les réseaux sociaux pour le Calvados  : le pont de Normandie entre les deux rives de la Seine, le rond-point bleu de Ifs près de Caen et le péage de Dozulé sur l'A13, non loin de Deauville. Des manifestants des trois départements de l'ex Basse-Normandie convergent vers ce dernier point.

Peu avant 9h, des centaines de motards arrivent devant le péage de Dozulé en pétaradant, suivi par de nombreuses voitures. Très vite, des manifestants sortent du matériel de camping de leur coffre pour petit-déjeuner comme Johan. "On fait chauffer le café, histoire de se réchauffer, je n'avais jamais fait ça ! On laissera la table basse jusqu'à ce que le cortège avance et dès qu'il s'arrêtera, on la remettra, on a prévu à manger pour ce midi, ce soir, demain et après-demain s'il faut !"

Les manifestants sont motivés à perturber la circulation, un barrage filtrant s'organise, seulement une file du péage est accessible. L'ambiance est détendue, des manifestants jouent au football sur la route, d'autres préparent des grillades, Frédéric est venu avec de nombreux amis : "Grâce à Macron, on peut déjeuner gratuitement sur l'autoroute, donc le barbecue est là, la bouteille d'apéro aussi, tout va bien ! On va peut-être même en profiter jusqu'à demain matin, on a ramené les tentes !", s'amuse le manifestant.

Le retour aux 90 kilomètres heures, la baisse du prix du carburant, les premières revendications sont assez claires, il n'y a pas encore de débats sur le référendum d'initiative citoyenne ou sur l'optimisation fiscale. Rien ne laisse entrevoir une suite du mouvement beaucoup plus agitée. Tout ce 17 novembre, les organisateurs du blocage du péage de Dozulé étaient en lien avec les forces de l'ordre et la préfecture pour se mobiliser dans le calme. Des discussions qui font figure d’exception, lorsque l'on se replonge dans cette première année d'existence du mouvement des gilets jaunes en Normandie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu