Société

Un demi-milliard d'euros pour aménager le Rhône

Par Charlotte Coutard et Florence Beaudet, France Bleu Drôme-Ardèche samedi 31 octobre 2015 à 10:40

Le fleuve Rhône depuis Bourg-lès-Valence, avril 2014.
Le fleuve Rhône depuis Bourg-lès-Valence, avril 2014. © Radio France - Radio France

Le nouveau plan d'aménagement pour le Rhône vient d'être signé. Il prévoit une enveloppe de 555 millions d'euros, pour financer plusieurs projets sur les cinq prochaines années. La priorité est d'entretenir les digues pour éviter les inondations.

L’État et les région mettent la main à la poche pour aménager le Rhône. Ils ont signé ce vendredi après-midi, à Rochemaure en Ardèche, le nouveau volet du plan d'aménagement du fleuve. 555 millions d'euros seront débloqués sur 5 ans.

Priorité n°1 : entretenir les digues pour empêcher les inondations

La leçon des inondations tragiques de décembre 2003 a bien été retenue. A l'époque, il y avait eu sept morts,  et les inondations avaient provoqué un milliard d'euros de dégâts tout au long du fleuve. Depuis, les financements sont centralisés, et les décisions coordonnées depuis l'amont de la Saône jusqu'à l'embouchure du Rhône. L’État, l'Europe, les quatre régions concernées versent au pot commun, mais aussi l'agence de l'eau, la compagnie nationale du Rhône, les voies navigables de France et EDF.

L'argent sert principalement à lutter contre les inondations : 260 millions d'euros prévus. Le gros des travaux est déjà fait, que ce soit pour la protection des riverains et l'aide aux agriculteurs qui ont leurs champs en zone inondable, mais l'entretien des digues coûte très cher.

L'argent finance aussi des projets pour la qualité de l'eau ou le développement économique, et même le tourisme. La ViaRhôna - la vélo route qui va du Léman à la mer - va être achevée dans les cinq ans qui viennent.

D'autres projets plus surprenants

Mais d'autres projets sont aussi financés avec cette grosse enveloppe. Par exemple, on construit encore des barrages sur le Rhône. Ce sont en fait de petites centrales hydroélectriques. A Rochemaure, il y en a une qui a été mise en service cet été sur le vieux Rhône. Les travaux ont duré quatre ans, pour un coût de 26 millions d'euros. L'électricité qu'elle produit est l'équivalent de la consommation de 22 000 habitants.

Juste à côté, le plan Rhône a permis de financer une passe à poissons. Quatre millions d'euros ont été dépensés pour faciliter la migration des aloses et des anguilles.

26 millions d'euros sont aussi prévus sur les cinq prochaines années pour rouvrir plus de 200 km de fleuve, de la mer jusqu'à la rivière Galaure dans le nord Drôme, et rouvrir l'accès des poissons à tous les affluents.

En parallèle, le Plan Rhône va continuer de développer le transport fluvial. Il a déjà soutenu le bateau école du lycée des Catalins à Montélimar. L’objectif maintenant est de mettre en place un module de transport fluvial en IUT.