Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un demi-millier de places d'hébergement d'urgence vont ouvrir à Paris

vendredi 5 janvier 2018 à 18:30 Par Faustine Calmel, France Bleu Paris et France Bleu

Elles vont être progressivement ouvertes pendant tout le mois de janvier. Le préfet de la Région Ile-de-France, Michel Cadot, l'a annoncé ce vendredi après-midi dans un centre d'accueil de la rue Didot, dans le 14ème arrondissement.

Des places d'hébergement de plus pour les plus vulnérables en région parisienne - Illustration
Des places d'hébergement de plus pour les plus vulnérables en région parisienne - Illustration © Radio France

Paris, France

A ce jour, 3.246 places sont ouvertes en Île-de-France pour héberger les personnes sans abri, au titre du plan hivernal. 1.511 sont réservées à des familles, dont un peu moins de la moitié dans la capitale. Des places qui sont ouvertes au fil de l'hiver, selon les besoins et les capacités d'accueil.

En visite ce vendredi dans un centre d'accueil de la Croix Rouge, le préfet Michel Cadot a annoncé les lits en plus, notamment pour les plus vulnérables. 14 places pour des femmes isolées dans le centre d'accueil de jour de la rue Didot, dans le 14ème arrondissement, 20 places pour des familles au centre Monceau dans le 8ème arrondissement, et 20 places à l'Hôtel-Dieu.

"L'effort est réel, on sent une véritable volonté et mobilisation de l'Etat" estime Eric Pliez, le président du Samu Social, qui assure que le nombre de personnes restant sans solution après un appel au 115 a baissé depuis mi-décembre. "Mais il faut rester vigilant, sur l'inconditionnalité, sur la pérennité de ces places, ce qu'elles vont devenir après l'hiver. Et puis mettre plus de fluidité dans le dispositif, avec plus de logements pour sortir les gens de l'hébergement d'urgence".