Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un député nordiste propose d'allonger la durée du congé de deuil pour les parents qui perdent un enfant

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Guy Bricout, député UDI du Cambrésis, a fait une proposition de loi pour passer de 5 à 12 jours de congé de deuil, pour les parents qui perdent un enfant. Une proposition étudiée ce mercredi matin à l'Assemblée nationale.

Pascaline Meyer de l'association Grandir sans cancer et Le sourire de Lucie milite pour l'allongement de la durée de deuil
Pascaline Meyer de l'association Grandir sans cancer et Le sourire de Lucie milite pour l'allongement de la durée de deuil © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

C'est une épreuve de la vie qu'on imagine mal surmonter en cinq jours. Il s'agit pourtant de la durée du congé de deuil, en France, pour des parents qui viennent de perdre leur enfant. Le député du Cambrésis (Nord) Guy Bricout (UDI) vient donc de proposer d'allonger cette durée, de cinq à douze jours. Cette proposition doit être étudiée ce mercredi matin à l'Assemblée nationale, en commission des affaires sociales. Elle est soutenue par des associations.

"Retravailler le lundi, c'était impossible"

Pascaline Meyer, une maman Cambrésienne, membre de l'association Grandir sans cancer et présidente de l'association Le sourire de Lucie, a perdu sa fille d'un cancer il y a cinq ans. Lucie est décédée un mardi. Le samedi, ses obsèques avaient lieu. Pascaline se souvient qu'elle n'a rien vu passer de ces cinq jours, car elle et son mari étaient noyés dans les démarches administratives, les visites de famille, etc.

Pour elle, impossible de reprendre le travail le lundi. Elle et son mari ont donc pris un arrêt maladie : "C'était franchement impossible, insupportable ! raconte-t-elle. Le dimanche, j'avais fait que des allers-retours au cimetière, j'avais l'impression d'être dans un cauchemar. Retravailler le lundi, c'était impossible, nous n'aurions pas été opérationnels."

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Elle milite donc pour que le congé soit allongé, pour que les parents puissent mieux appréhender leur nouvelle vie, pour "faire les premiers pas dans sa vie sans son enfant, tout doucement, sans violence. Parce que c'est un tsunami quand vous perdez un enfant, un tsunami qui s'abat sur notre famille".

Il s'agit aussi d'un moyen aussi de diminuer les arrêts maladies, selon Guy Bricout, qui a rencontré la maman. Le député souhaite que le congé soit donc aussi long, voire supérieur au congé paternité de 11 jours. Un congé qui serait lui aussi financé par les entreprises.

Sa proposition de loi sera examinée ce mercredi matin à la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale et le 30 janvier dans l’hémicycle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu