Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un des migrants du centre d'accueil de Saint Bauzille-de-Putois se confie à France Bleu Hérault

vendredi 28 octobre 2016 à 21:07 Par Morad Djabari, France Bleu Hérault

Mohamed, 23 ans, est soudanais. Il vient de la région du Darfour en guerre depuis 13 ans. Il est arrivé ce jeudi à Saint-Bauzille-de-Putois (Hérault) avec 43 autres migrants en provenance de la jungle de Calais.

Le centre d'accueil de Saint Bauzille-de-Putois
Le centre d'accueil de Saint Bauzille-de-Putois - Morad Djabari

Saint-Bauzille-de-Putois, Hérault, France

Mohamed a fui le Darfour, une région du Soudan en guerre depuis 13 ans. Son périple a débuté il y a un an, il a traversé la Libye, l'Italie, franchit la frontière franco-italienne via Vintimille pour rejoindre Marseille puis Paris, pour enfin atteindre Calais et sa jungle.

Son seul rêve, c'était de rejoindre l''Angleterre et sa seule obsession traverser la Manche. Pendant six mois, Mohamed a tout tenté mais le plus souvent il se faisait attraper par la police. Il restait en garde à vue deux ou trois jours pour ensuite être relâcher, ce jeune soudanais rejoignait aussitôt la jungle pour tenter de nouveau sa chance. Depuis son départ du Darfour, Il n'a plus de nouvelle de sa famille.

Après avoir vécu l'enfer pendant six mois à Calais, dans le froid et sans manger tous les jours à sa faim. Mohamed pense qu'être ici dans le centre des lutins Cévenols à Saint-Bauzille-de-Putois, "c'est l'assurance d'une vie meilleure".

"Je ne me suis pas promené dans le coin, je suis resté dans le centre mais c'est bien. On nous donne de bons repas, on a de belles chambres, une salle de bain et il y a de bonnes personnes qui s'occupent de nous ici."

Désormais Mohamed ne veut plus rejoindre l'Angleterre, il en a assez d'être sur les routes. A présent, il veut rester en France, s'y installer et apprendre la langue le plus vite possible.

Mais avant cela, Mohamed doit faire sa demande d'asile pour régulariser sa situation.

Reportage de Morad Djabari