Infos

Un détecteur de chutes pour les personnes âgées testé à domicile près de Toulouse

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse et France Bleu dimanche 30 octobre 2016 à 19:30

Nicolas peut recevoir un message d'alerte sur son smartphone si sa grand-mère tombe.
Nicolas peut recevoir un message d'alerte sur son smartphone si sa grand-mère tombe. © Radio France - Bénédicte Dupont

Une start-up toulousaine a mis au point un radar capable d'identifier une chute humaine. L'appareil a déjà été testé dans des maisons de retraite. Cette fois, la ville de l'Union, près de Toulouse, l'expérimente dans cinq logements où vivent des personnes âgées.

C'est la principale crainte quand on a des parents, des grands-parents très âgés : qu'ils tombent et se fassent mal, voire même restent blessés sans être secourus. À l'Union, dans la proche périphérie toulousaine, la municipalité teste un nouveau dispositif : un boitier infrarouge fabriqué par une start-up de Labège, Orme, capable de détecter les chutes et de prévenir les proches. Une version similaire a déjà été testée dans des maisons de retraite, celle de Sainte Foy d'Aigrefeuille par exemple. Cette fois, c'est à domicile que le radar est installé, cinq logements unionais sont équipés à titre expérimental.

EN UN CLIC - Reportage chez Irma, 91 ans

L'appareil a été accroché au plafond de la chambre d'Irma. - Radio France
L'appareil a été accroché au plafond de la chambre d'Irma. © Radio France - Bénédicte Dupont

L'appareil est capable, grâce à la technologie infrarouge, de détecter la chute d'une personne. Seul écueil, il faut pour cela placer plusieurs appareils dans les différentes pièces de la maison. Lorsque quelqu'un tombe, un message d'alerte est envoyé aux aidants, aux proches (enfants, petits-enfants, voisins, etc).

Ça nous rassure évidemment car ma grand-mère porte un collier spécial qui, en cas de problème, déclenche une télé-assistance. Mais si elle tombe et qu'elle est inconsciente, le système ne nous prévient pas. Et puis parfois, elle n'ose pas nous déranger alors elle n'appuie pas sur le bouton — Nicolas, dont la grand-mère Irma, a été équipée

Ce collier dont parle Nicolas, c'est le dispositif mis en place gratuitement par le Conseil Général de la Haute-Garonne pour les plus de 70 ans. En activant le collier en cas de détresse, la personne âgée ou handicapée déclenche un message d'alerte. Mais avec ce détecteur-là, plus besoin d'activer quoi que ce soit.

Du moment que cela me permet de rester chez moi.... je ne veux pas aller en maison de repos... — Irma, 91 ans

Ces appareils sont en expérimentation gratuite chez ces cinq Unionais pendant six mois. Si il est commercialisé, à terme, il devrait être facturé quelques dizaines d'euros par mois (abonnement).

On essaie d'aider ceux qui veulent rester à domicile le plus tard possible. On a ouvert une halte-répit pour les aidants de patients atteints d'Alzheimer, on a aussi un projet de sport sur ordonnance — Yvan Navarro, premier adjoint au maire de l'Union

L'Union a la particularité démographique d'avoir une proportion de seniors parmi ses habitants presque deux fois supérieure à celle des autres communes de Toulouse Métropole. 15% de sa population a plus de 75 ans.

Partager sur :