Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un nouveau dispositif pour détecter la présence de loups expérimenté en Haute-Vienne

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

La région Nouvelle-Aquitaine lance une expérimentation pour mieux détecter et suivre la population des loups dans le département de la Haute-Vienne. Pour la première fois en France, les acteurs locaux comme les éleveurs, les élus locaux et les chasseurs vont travailler ensemble sur le sujet.

Les acteurs locaux sont mis à contribution pour compiler les indices sur la présence éventuelle de loup en Haute-Vienne
Les acteurs locaux sont mis à contribution pour compiler les indices sur la présence éventuelle de loup en Haute-Vienne © Maxppp - Philippe Clément

Sainte-Anne-Saint-Priest, France

Le loup est-il de retour en Limousin ? Officiellement, selon l'État, la réponse est non, même s'il gagne du terrain en France. Mais selon certains éleveurs, le prédateur est bien de retour, notamment en Haute-Vienne. La région Nouvelle-Aquitaine a donc décidé de lancer une expérimentation. Elle a voté la semaine dernière un budget de 50 000 euros pour mettre en place un dispositif innovant afin de prouver la présence, ou pas, du loup, sur le territoire. 

Pour la première fois en France, les acteurs locaux seront tous mis à contribution : les éleveurs, les chasseurs, les naturalistes et les élus locaux vont recenser et compiler des indices sur l'éventuelle présence de l'animal dans le département. "Certains voient des prédations, d'autres voient des traces en forêt, d'autres des excréments, d'autres du poil sur les barbelés, explique Nicolas Thierry, vice-président de la Région en charge de la biodiversité. L'idée est de créer un réseau pour centraliser ces informations et identifier au plus vite si le loup est en train de s'installer, et à quelle échéance sur le territoire

J'attends beaucoup du dispositif lancé par la région - Alexandre Pagneaux, éleveur de brebis

Jusqu'ici, l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), un service de l'Etat, est seul en charge du dossier loup. Mais il ne convainc pas tout le monde, et surtout les éleveurs. Alexandre Pagneaux élève des brebis à Saint-Anne-Saint-Priest, dans l'est de la Haute-Vienne. Lui, est certain que le loup est présent en Haute-Vienne et assure que certaines de ses brebis ont été tuées par le prédateur. Il accuse l'ONCFS de ne pas être suffisamment efficace dans la détection des loups. "J'attends beaucoup du dispositif lancé par la région, explique l'éleveur. Cela va permettre de prouver qu'il y a du loup en Limousin afin de mettre en place des moyens d'anticipation le plus tôt possible. Et donc de gagner du temps. Tout cela va permettre la bonne installation et l'installation pérenne du loup dans notre territoire."

Cette expérimentation est déjà en route, le réseau de veille est en train d'être constitué. Les premiers résultats et observations devraient être connus avant l'été. Si le dispositif s'avère efficace il pourrait être étendu dans les années à venir à l'ensemble de la région Nouvelle-Aquitaine. Ce système a, en tout cas, déjà fait ses preuves aux États-Unis dans le parc de Yellowstone où il a permis de détecter la présence de loups rapidement après leur arrivée.