Infos

VIDEO - Un drone nautique gonflable pour sauver des vies en mer !

Par Claudia Calmel, France Bleu Mayenne jeudi 29 septembre 2016 à 21:23

Eric Flambard, Fabien de Varenne et Jean-Pierre Garnier (de g.à d.), les concepteurs du Speed Rescue
Eric Flambard, Fabien de Varenne et Jean-Pierre Garnier (de g.à d.), les concepteurs du Speed Rescue © Radio France - Cladia Calmel

C’est une première mondiale et c’est une invention mayennaise ! Le Speed Rescue a été conçu par deux entreprises du département. Ses créateurs veulent maintenant le produire à échelle industrielle.

C'est une invention mayennaise qui pourrait révolutionner le sauvetage en mer : un drone nautique gonflable ! Une première mondiale pensée par deux entreprises du département : Nautiraid, qui fabrique des kayaks pliants à Vaiges et Seaproven, un bureau d’études maritime basé à St-Jean-sur-Mayenne. L’idée est venue à Fabien de Varenne, un ancien de la marine marchande, il y a deux ans.

Faciliter la tâche aux sauveteurs en mer

A première vue, le Speed Rescue ne paye pas de mine. L’embarcation tient dans un gros sac à dos et pèse une trentaine de kilos.

Fabien de Varenne avant le gonflage du Speed Rescue - Radio France
Fabien de Varenne avant le gonflage du Speed Rescue © Radio France - Claudia Calmel

Mais tout l’intérêt réside dans sa rapidité de mise en service pour Fabien de Varenne, le fondateur de Seaproven. « Ça tient dans un petit coffre, ça ne prend vraiment pas de place. Et quand on le lâche à l’eau, il se gonfle en 5 secondes. »

Le gonflage version rapide se fait grâce à une cartouche d’air. Mais on peut aussi gonfler le drone avec une bonne vieille pompe à main en moins de deux minutes. Pour Jean-Pierre Garnier, l’associé de Fabien de Varenne, le Speed Rescue peut s’utiliser avec une facilité déconcertante :

« On le jette à l’eau, il se gonfle tout seul, on déclenche l’opération et le drone va automatiquement vers la victime. »

L’embarcation mesure 2,50m de long sur 80 cm de large, avec des poignées pour que les personnes secourues puissent s’accrocher et un anneau pour éviter les retournements. Le Speed Rescue peut transporter deux personnes : il peut donc secourir deux victimes, ou transporter un sauveteur qui vient porter de l’aide à une personne en difficulté. Et voici à quoi ça ressemble une fois sur l'eau...

« Une Game Boy ! »

Le Speed Rescue est téléguidé grâce à une manette située dans la petite mallette de commandement, «un peu comme une Game Boy ou une voiture télécommandée », pour Fabien de Varenne. Il peut être piloté depuis la côte ou depuis le pont d’un bateau. Ce drone pique des pointes à 30 nœuds, soit environ 55 km/h, ce qui pourrait faire gagner beaucoup de temps aux sauveteurs en mer et aux autres utilisateurs : "J’avais imaginé ce drone pour la partie « homme à la mer ». Sur les navires de commerce, quand quelqu’un tombe à l’eau, c’est très compliqué de le récupérer. Le Speed Rescue permettra de ramener la personne sans que le bateau ait à manœuvrer. On peut imaginer d’autres créneaux comme les pompiers : un petit centre de secours qui ne peut pas avoir un bateau, une remorque et un véhicule dédié pourra très bien avoir un Speed Rescue. Ça se met en place rapidement, ça demande peu de formation et ça peut sauver des vies."

D’autres applications en vue

Ces drones sont totalement personnalisables en terme d’équipements : caméras, GPS, radars, sondes... Du coup, Eric Flambard, le patron de Nautiraid a déjà pensé à une multitude d'autres applications : «On peut imaginer des usages militaires, de défense, mais aussi des applications civiles pour de la prise de mesures en milieu aquatique ou la recherche de corps… Tout est envisageable ! »

Le Speed Rescue n’est pas encore produit en série. Ses concepteurs recherchent des partenaires industriels et financiers pour pouvoir le fabriquer à grande échelle. Le prix de base devrait être compris entre 12.000 et 15.000 euros.

Partager sur :