Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

TÉMOIGNAGE - Un éleveur victime de tags antispécistes en Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Les syndicats agricoles mayennais tirent la sonnette d'alarme. Depuis le début du mois, deux exploitants ont été victimes de tags antispécistes. L'un deux est un éleveur du Nord Mayenne.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Stéphanie Para

Stop à la violence contre les éleveurs ! C'est le cri d'alerte que lancent deux syndicats agricoles mayennais, la FDSEA 53 (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles) et les JA 53 (Jeunes agriculteurs). En l'espace de trois semaines, deux exploitations ont été victimes de tags antispécistes, selon la FDSEA. L'un est un exploitant agricole du Nord Mayenne.

"Criminel"

Les responsables se seraient faufilés pendant la nuit. "Je suis arrivé le dimanche matin, comme d'habitude, pour aller travailler, raconte-t-il.  C'était inscrit "criminel" en rouge sur la citerne. Il y avait d'autres inscriptions sur les rideaux et les portes. Je l'ai vu tout de suite parce que c'était du côté route."

En s'approchant du bâtiment, il découvre que 40 de ses 4.000 bêtes ont péri. "J'imagine que les responsables sont venus avec une lampe. La lumière a dû affoler les bêtes. Elles se sont bousculées. Et il y a eu de la casse... C'est pas normal quand même."

Je crains que les responsables ne soient jamais retrouvés...

Il avoue qu'il est plus prudent : avant de rentrer chez lui, il fait le tour de l'exploitation pour vérifier que les portes sont bien verrouillées. Il envisage aussi d'installer du matériel de vidéosurveillance, conscient qu'il ne peut pas avoir l’œil sur tout. Il a déposé plainte. "Mais je crains que les responsables ne soient jamais retrouvés..."

Dans le courant du mois, une coopérative agricole a été victime du même type de vandalisme, selon la FDSEA. La Fédération indique également que des individus auraient tenté de s'infiltrer dans une autre exploitation le week-end dernier.

À RÉÉCOUTER : Notre émission spéciale "l'agribashing ou le malaise paysan" depuis le Salon de l'Agriculture

Choix de la station

À venir dansDanssecondess