Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un élu marche du Touquet à Paris pour dénoncer le suicide des agriculteurs

mercredi 13 février 2019 à 18:31 - Mis à jour le mercredi 13 février 2019 à 20:33 Par Hajera Mohammad, France Bleu Picardie et France Bleu

Depuis le 10 février dernier, Patrick Maurin, élu de Marmande dans le Lot-et-Garonne, marche pour dénoncer le suicide des agriculteurs. Cette semaine, il traverse la Somme pour recueillir les doléances des agriculteurs.

Patrick Maurin, élu du Lot-et-Garonne fait une étape à Domart-en-Ponthieu dans la Somme le 12 février 2019
Patrick Maurin, élu du Lot-et-Garonne fait une étape à Domart-en-Ponthieu dans la Somme le 12 février 2019 © Radio France - Hajera Mohammad

Amiens, France

Il a pris le départ le 10 février dernier du Touquet et espère rejoindre Paris, le 23 février, pour l'inauguration du Salon de l'agriculture. Patrick Maurin, élu de Marmande dans le Lot-et-Garonne, marche pour dénoncer la détresse du monde rural et le suicide chez les agriculteurs. Il marque plusieurs étapes cette semaine dans la Somme. 

Un cahier de doléances

C'est un drame personnel qui l'a poussé à agir. "J'ai perdu mon meilleur ami agriculteur, il y a une dizaine d'années, il a mis fin à ses jours", explique pudiquement l'élu. Il réalise ensuite que dans son village, une dizaine d'agriculteurs ont mis à leurs jours ces dernières années. "Les choses n'avancent pas beaucoup c'est pour ça que j'ai voulu interpeller directement le Président de la République et les Français en général". Tout au long de sa marche, il recueille les témoignages et doléances des agriculteurs qu'il rencontre.

Hébergé chez des agriculteurs picards

Après avoir marché de Forest-Montiers à Abbeville, Patrick Maurin a dormi chez Sandrine et Jean-Baptiste Anquetil, éleveurs de vaches à Domart-en-Ponthieu. Sandrine Anquetil est fière de rencontrer cet élu pas comme les autres : "Lui, au moins, il vient sur le terrain, il relaie notre cause". Elle l'avoue connaître elle-même un collègue qui a tenté de mettre fin à ses jours, il y a trois ans  : "Ce n'est pas normal qu'on ne puisse pas vivre de notre métier".

Un suicide d'agriculteur tous les deux jours

Cette mère de deux enfants n'a pas hésité a laissé un mot dans le cahier de doléances de Patrick Maurin : les charges toujours plus élevées alors qu'elle ne gagne pas plus que ses parents agriculteurs, il y a 30 ans. "On doit vivre à quatre avec 800 euros pas moi et on ne part pas en vacances, parce qu'on a pas les moyens de se faire remplacer".  Selon l'agence Santé Publique France, on compte un suicide d'agriculteur presque tous les deux jours en France. La mortalité par suicide des agriculteurs est 20% supérieure à celle de la population générale

Patrick Maurin a prévu de remettre toutes ces doléances recueillies à Emmanuel Macron, le 23 février lors de l'inauguration du Salon de l'agriculture. En attendant, il reprend sa marche ce jeudi d'Airaines à Thieulloy-l'Abbaye où il participera à une réunion organisée par la FDSEA.