Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un espace boisé protégé détruit en toute illégalité par un promoteur immobilier à Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Une trentaine d'arbres ont été détruits illégalement par un promoteur immobilier en face du château de La Devèze à Béziers. L'espace est pourtant protégé. Des riverains crient au scandale. Robert Ménard a l'intention de prendre des mesures fortes pour sanctionner financièrement les contrevenants.

Dix maisons seront construites à la place des arbres centenaires abattus illégalement proche du château de la Devèze Béziers
Dix maisons seront construites à la place des arbres centenaires abattus illégalement proche du château de la Devèze Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Des voix s'élèvent dans le quartier de La Devèze à Béziers (Hérault) après l'abattage d'une trentaine d'arbres dont plusieurs centenaires. Les végétaux plantés dans un espace classé ont été détruits illégalement en février 2020, malgré leur bonne santé, par un promoteur immobilier réputé dans le Biterrois. Pierre-Olivier Valaize, l’ancien co-président du club de rugby de Béziers, n'avait aucune autorisation municipale pour réaliser les coupes. 

Des riverains installés à proximité, rue Béjart, ont mandaté un huissier le 18 février pour acter les dégâts. Le promoteur  a aussitôt été rappelé à l'ordre. Dans un courrier dont nous nous sommes procurés une copie, l'adjoint à l'urbanisme lui précise : "Une partie des arbres impactés se trouve en Espace Boisé Classé. Vous n'êtes pas sans savoir que le code l'urbanisme impose une autorisation municipale au préalable. Je vous demande de bien vouloir vous présenter sous huitaine. Je  vous rappelle que vous êtes en infraction…" 

"Malgré cette infraction, l'autorisation d'abattage lui a été donnée a posteriori par la ville. C'est déplorable", lâche une riveraine. ''Je suis écœurée. Ils ont massacré la nature, ajoute Gwladys. Je suis venue m'installer ici car il y avait ce bois."

''On est malheureux de voir ça'' dit Gladys

Depuis ces abattages, les oiseaux se font rares, les couples de hérissons ont fui

L'autorisation d’abattage a en effet été donné et affiché huit mois après les faits, en octobre 2020, comme indiqué sur le panneau affiché à l'entrée du terrain actuellement en travaux. 

L'autorisation d'abattage délivrée huit mois après la coupe comme indiqué sur le permis déposé à l'entrée de la future résidence
L'autorisation d'abattage délivrée huit mois après la coupe comme indiqué sur le permis déposé à l'entrée de la future résidence © Radio France - Stéfane Pocher

"C'est déplorable, ajoute Thierry Antoine, le conseiller d'opposition municipale EELV. C'est terrible de voir cela car on détruit dix maisons individuelles là où il y avait des arbres centenaires.

''C'est le patrimoine de tous les Biterrois qui est ainsi détruit'' dixit Thierry Antoine

Les arbres ont été abattus avant les élections municipales

Le permis de construire prévoit en effet 10 habitations sur un terrain de plus de 4.400 mètres carrés à proximité de l’axe très fréquenté permettant de relier le palais de justice au stade Raoul-Barrière. Initialement, une balnéothérapie devait être aménagée, mais l'ambitieux projet a été abandonné. Dans sa demande de projet ''le promoteur ne devait détruire que cinq arbres, indique une riveraine. Ce dernier est allé au-delà de ce qui était prévu". 

Démenti de Robert Ménard, le maire de Béziers : "Il ne devait abattre aucun arbre. Le promoteur immobilier n'avait aucune autorisation. Je comprends la colère des riverains. Je lui ai demandé qu'il replante plus d'arbres qu'il n'en a coupé. Et nous allons, au prochain conseil municipal, voter une délibération pour sanctionner sévèrement financièrement ceux qui seraient tenter de détruire illégalement des arbres sans autorisation préalable". 

"Je vais faire voter au prochain conseil municipal un texte qui nous permettra de sanctionner ceux qui ne respectent pas les préconisations imposées." Robert Ménard

"Le tort que l'on a, c'est de ne pas être assez sévère" dixit Robert Ménard

Ce bois qui comptait une dizaine d'essences atténuait par ailleurs le bruit des milliers de véhicules empruntant l'axe routier proche de la résidence Soleillade. "Les arbres n'étaient pas malades comme l'a avancé le promoteur", assure Nicole Bartoli, responsable de l'antenne biterroise du Groupe national de surveillance des arbres.

''Je suis accablée.C'est une atteinte à l'environnement'' précise Nicole Bartoli du GNSA

Thierry Antoine, élu d'opposition EELV, a l'intention de demander des explications au prochain conseil municipal en avril. "Cette autorisation de couper les arbres huit mois après l'avoir été, est très surprenante".

Une plainte d'associations n'est pas exclue. Des riverains pourraient aussi se constituer partie civile.

Le terrain se situe juste en face du château de la Devéze à Béziers
Le terrain se situe juste en face du château de la Devéze à Béziers © Radio France - Stéfane Pocher
Choix de la station

À venir dansDanssecondess