Santé – Sciences

Un été à moustiques dans les Pyrénées-Orientales, y compris à Perpignan

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mercredi 16 septembre 2015 à 17:16

Moustique (illustration).
Moustique (illustration). © Max PPP

Les habitants des Pyrénées-Orientales comme les vacanciers l'ont constaté depuis le début de l'été : il n'y a jamais eu autant de moustiques. La faute à l'Europe et à l'arrivée du moustique tigre.

Le moustique gagne du terrain, et cet été, on peut dire qu'il est partout dans les Pyrénées-Orientales, y compris dans certains secteurs urbains jusqu'ici épargnés. Un constat établi par l'Entente Départementale de Démoustication (EDI) mais aussi par les habitants eux-mêmes.

Deux explications sont avancées pour comprendre ce retour des moustiques. La première nous vient de l'Europe avec une nouvelle directive très contraignante sur l'utilisation de certains produits chimiques. Il y a 15 ans, les professionnels en charge de la démoustication disposaient de 11 insecticides différents, aujourd'hui il  n'y en a plus que deux d'autorisés sur le marché. C''est forcément moins efficace.

La deuxième raison, c'est l'arrivée récente d'une nouvelle espèce de moustiques dans le département des Pyrénées-Orientales : le moustique tigre. Il aime s'installer en ville, près des habitations, dans les jardins, sur les balcons dans les avaloirs. C'est pour cette raison que des secteurs urbains jusque-là épargnés par les moustiques doivent désormais apprendre à vivre avec.

"Il faut éliminer les moindres points d'eau."

La seule solution pour lutter contre ce moustique, c'est la responsabilité citoyenne, en éliminant tous les points d'eau dans les jardins ou sur les balcons explique André Palau de l'entente départementale de démoustication :  "Il suffit que tout le monde ait les bons geste, y a que comme ça qu'on arrivera à lutter. Certains voudraient qu'on fasse passer des avions sur les vignes, mais cela ne servirait à rien . C'est un moustique urbain qui se développe dans les micro gites, comme par exemple un simple bouchon de bouteille."

André Palau, de l'EID

"Y en a aussi bien le jour que la nuit. Ras le bol."

Il existe aujourd'hui des secteurs où cela devient vraiment infernal. Par exemple à Perpignan, dans le quartier de la gare, on peut citer aussi Villeneuve de la Raho, Canohès, Toulouges, Ponteilla. "Ça devient gênant pour les enfants, ils ont des plaques rouges et ça démange énormément. J'ai beaucoup de démangeaisons sur tout le corps : ça saigne, ça gonfle. Mon mari et ma fille en ont eu partout, il a fallu les soigner à la cortisone. Y en aussi bien le jour que la nuit"

Les habitants du quartier Saint-Assiscle en ont assez

Les pharmacies sont dévalisées cet été dans le département, produits répulsifs ou crèmes apaisantes, il a fallu renouveler les stocks à plusieurs reprises  : "Ça dure depuis le mois de juin, on en a vendu énormément en juillet et en août. On avait prévu des stocks pour deux mois et finalement on en a recommandé en juillet, en aout et encore en septembre" raconte Julie Gaumé, de la pharmacie Clemenceau à Perpignan.

Julie Gaumé de la pharmacie Clemenceau à Perpignan