Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un étudiant interpelle la mairie de Rennes sur les incivilités en centre-ville

-
Par , France Bleu Armorique

La lettre ouverte d’Arnaud a déjà été partagée près de 200 fois sur Twitter. Victime lui-même d’une agression place Sainte-Anne à Rennes (Ille-et-Vilaine), cet étudiant de 18 ans alerte sur la recrudescence d’agressions depuis le déconfinement.

Arnaud a reçu des messages d'amis ayant été agressés, comme lui, près de la rue Saint-Michel à Rennes.
Arnaud a reçu des messages d'amis ayant été agressés, comme lui, près de la rue Saint-Michel à Rennes. © Radio France - Maxime Glorieux

" Ça s’est passé en très peu de temps, quelques secondes…". Pull à capuche jaune et sac sur le dos, Arnaud se remémore l’agression dont il a été victime en novembre dernier. Un groupe d’adolescents s’approche, lui faisant une accolade, en racontant des choses "qui n’ont pas vraiment de sens"

Pendant ce temps-là, ils essayent d’attraper le téléphone d’Arnaud dans sa poche. Cette fois, pas de chance pour ses agresseurs, l’étudiant tient son téléphone dans sa main… mais ils repartent tout de même avec son portefeuille

Une vague de témoignages

Cette technique de vol est très répandue dans le centre-ville de Rennes (Ille-et-Vilaine), au niveau de la rue Saint-Michel et de la place des Lices. Selon Arnaud, elle s’intensifie depuis le déconfinement et les altercations sont de plus en plus violentes. "J'ai d'autres amis qui ont subi des agressions dans l'hyper-centre", précise-t-il. 

Le jeune Rennais a donc écrit à la maire de la ville, Nathalie Appéré, dans une lettre ouverte publiée sur Twitter. Une démarche "apolitique", pour "prévenir" les futurs étudiants qui arpenteront les rues du centre-ville à la rentrée. 

La publication a entraîné une vague de réactions et de témoignages. Le soir même, un internaute raconte un vol à l’arraché place de la Mairie, avant d’ajouter : "Il faut appliquer fermement la loi avant que ça ne devienne ingérable !". Un autre s’énerve plus loin : "Rennes est une ville qui se dégrade de plus en plus"

Une autre lettre ouverte prévue

Aujourd’hui, Arnaud a fait une croix sur les bars de la rue Saint-Michel. « Il y a d’autres bars hors du centre qui sont plus sécurisés » affirme l’étudiant de 18 ans. Il n’est pas le seul à être pessimiste sur l’avenir du centre-ville. "C’est dommage, on a un cadre parfait et pourtant les gens commencent à éviter ce coin de la ville pour boire un verre entre amis à 19h, par exemple", confie Tangui Bodenes, 23 ans. Le co-président de l’association amicale des étudiants en pharmacie de Rennes (AAEPR - Corpo Pharma Rennes) s’apprête lui aussi à publier une lettre ouverte.*

Tangui Bodenes, co-président d'une association d'étudiants en pharmacie à Rennes, prépare lui aussi une lettre ouverte pour dénoncer la vague d'incivilités.
Tangui Bodenes, co-président d'une association d'étudiants en pharmacie à Rennes, prépare lui aussi une lettre ouverte pour dénoncer la vague d'incivilités. © Radio France - Maxime Glorieux

De son côté, la mairie de Rennes n’a pas répondu à la lettre d’Arnaud. L'adjointe en charge de la sécurité Lénaïc Brièro rappelle que les effectifs de policiers municipaux ont déjà été renforcés et que Nathalie Appéré prévoit l’embauche de 40 policiers supplémentaires. Une brigade anti-incivilités est également à l’étude. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess