Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un faux carambolage dans le tunnel Jenner au Havre pour tester le dispositif de sécurité

mardi 4 décembre 2018 à 18:18 Par Marie-Jeanne Delepaul, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Avant la réouverture du tunnel Jenner au Havre le 21 décembre, un exercice a été organisé mardi pour tester le nouveau dispositif de sécurité. Un carambolage et un incendie ont été simulés, une quarantaine de pompiers et une vingtaine de soignants étaient mobilisés.

Une quarantaine de pompiers, cinq médecins et une douzaine d'infirmiers du Samu ont été mobilisés.
Une quarantaine de pompiers, cinq médecins et une douzaine d'infirmiers du Samu ont été mobilisés. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Le Havre, France

Le tunnel Jenner au Havre, principal tunnel routier de la ville, doit rouvrir le 21 décembre. Pendant un an il était fermé à la circulation afin de le conformer aux nouvelles normes de sécurité. Ces travaux ont pour but d'éviter des catastrophes comme celle du tunnel du Mont Blanc qui avait fait une trentaine de morts en 1999.

Une quarantaine de caméras ont été installées pour détecter tout type d'incident, ainsi qu'onze accélérateurs, chargés d'évacuer la fumée en cas d'incident.

Au plafond, un "accélérateur" chargé d'évacuer les fumées. - Radio France
Au plafond, un "accélérateur" chargé d'évacuer les fumées. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Pour contrôler ce nouveau dispositif de sécurité et tester aussi les équipes de secours, un exercice grandeur nature a été organisé ce mardi matin. Un carambolage entre treize voitures et un incendie ont été simulés dans le tunnel pour vérifier que le système de sécurité et les équipes de secours sont au point au cas où un tel accident survient.

Vint employés municipaux jouent le rôle des victimes

A 10 h du matin, devant le tunnel de Jenner, un homme appelle les secours : "Je ne sais pas ce qu'il se passe, il y a de la fumée partout, c'est irrespirable !" C'est en fait le lieutenant Cadinot qui se fait passer pour un témoin de l'accident.  A l'intérieur, eux aussi jouent leur rôle à la perfection : les victimes de ce faux carambolage s'époumonent pour appeler les secours.

En tout, il y a une vingtaine de figurants, tous employés de la mairie ; certains ont même du faux sang sur le corps ou la figure noire de fumée. Plusieurs simulent des crises de doux ou des pertes de conscience. Côté secours, quarante pompiers et une vingtaine de soignants du Samu sont mobilisés. Les "victimes" se font entuber (pour de faux) avant d'être emmenés sur des brancards.

Ces figurants jouent le rôle de victimes d'intoxication. - Radio France
Ces figurants jouent le rôle de victimes d'intoxication. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul
Virginie, employée municipale, a été maquillée par les pompiers avant l'exercice pour le rendre plus crédible. - Radio France
Virginie, employée municipale, a été maquillée par les pompiers avant l'exercice pour le rendre plus crédible. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Un exercice qui conditionne la réouverture du tunnel

Pendant tout l'exercice, des observateurs, comme le lieutenant Yohann Le Fichant, évaluent sur une feuille le bon déroulé de l'opération : "Il y a des choses à améliorer dans l'alerte et les ordres, mais c'est pour ça qu'on fait ce genre de manœuvre. La difficulté dans ce type de scnéario reste la communication entre les pompiers, le samu et la ville du Havre." Mais pour lui, à part ça, tout s'est bien passé et le nouveau système de sécurité permet une meilleure prise en charge.

L'autre souci constaté, c'est le temps : le Samu n'est intervenu que plus d'une heure après le déclenchement de l'alerte. Mais pour le médecin Auguste-Serge Aderomou, en réalité, tout va beaucoup plus vite : "Quand on teste des choses, on prend du temps pour voir où ça ne marche pas, mais dans la vraie vie je pense que notre réponse aurait été plus rapide."

Cinq médecins et quinze infirmiers du Samu du Havre ont pris en charge les "victimes". - Radio France
Cinq médecins et quinze infirmiers du Samu du Havre ont pris en charge les "victimes". © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Tout le monde se réunira le 7 décembre pour faire le bilan de l'exercice. Cette évaluation sera transmise au maire du Havre. En cas de gros dysfonctionnement, il pourrait décider de reporter l'ouverture du tunnel.

Le reportage France Bleu