Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un Girondin convertit les enfants du Cambodge au rugby

-
Par , France Bleu Gironde

Jean-Baptiste Suberbie a créé une ONG, Kampuchea Balopp, qui amène les gamins défavorisés de Phnom-Penh à la pratique du rugby. Un projet d'insertion par l'ovalie qui aurait bien besoin du soutien du rugby français.

Au début, les petits Cambodgiens s'entraînaient sur du béton
Au début, les petits Cambodgiens s'entraînaient sur du béton

Kampuchea Balopp a été créée en janvier dernier. C'est une ONG française qui travaille aux côtés d'autres ONG et de la toute jeune Fédération cambodgienne de rugby. Aujourd'hui 450 enfants, filles et garçons, venus des orphelinats, des maisons de quartiers et des bidonvilles de Phnom Penh apprennent à manier le ballon ovale 2 heures par semaine, plutôt que d'aller après l'école travailler avec leurs parents ou traîner dans les rues.

Jean-Baptiste Suberbie : "On espère des partenariats avec l'UBB et le Stade Toulousain."

L'organisation n'est pas simple : il faut aller les chercher en touktouk, amener des bananes et de l'eau pour ceux qui ne mangent pas assez et surtout louer les nouveaux terrains synthétiques. Le Girondin se souvient qu'au début les gamins s'entraînaient sur la terre voire sur le béton.

Les filles accrochent aussi au rugby
Les filles accrochent aussi au rugby

L'idée c'est aussi de ne pas tomber dans l'assistanat . Le rugby cambodgien doit, à terme, pouvoir se développer sans l'aide des "expatriés". D'où la volonté de former des Cambodgiens au métier d'entraîneur ou d'éducateur sportif.

"Donner des outils aux Cambodgiens"

Pour que le fonctionnement soit pérenne, il faut 3 000 dollars par mois . C'est pourquoi Jean-Baptiste Suberbie a pris son baton de pélerin cet été pour faire connaître son projet dans le monde du rugby. Il est allé taper à la porte du comité Côte-d'Argent, des clubs, les petits mais aussi les gros comme l'UBB ou le Stade Toulousain pour les sensibiliser.

L'accueil a plutôt été favorable. Reste maintenant à le concrétiser financièrement pour permettre à l'organisation se se développer et de continuer par exemple à pouvoir travailler avec des enfants sourds, muets ou déficients mentaux.

Jean-Baptiste Suberbie : "Les valeurs du rugby peuvent dépasser les frontières"

Un après-midi rugby à Phnom Penh
Un après-midi rugby à Phnom Penh
Les armes des jeunes cambodgiens : l'agilité et la vitesse
Les armes des jeunes cambodgiens : l'agilité et la vitesse

 

Jean-Baptiste Suberbie : "Faire du sport au Cambodge, c'est une chance"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess